Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : un conseil municipal extraordinaire entièrement consacré à la crise sanitaire

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Conseil municipal extraordinaire à Dijon. Les élus ont fait le point sur la situation sanitaire face au préfet et au directeur de l'agence régionale de santé.

Cette séance extraordinaire s'est tenue dans le bâtiment de l'Agglomération de Dijon
Cette séance extraordinaire s'est tenue dans le bâtiment de l'Agglomération de Dijon © Radio France - Olivier Estran

Les élus du conseil municipal de Dijon étaient convoqués à 17h ce lundi 1er février pour une session extraordinaire entièrement consacrée à la crise sanitaire et à ses conséquences économiques dans la métropole.

La séance s'est tenue dans les locaux de Dijon Métropole.

Le conseil municipal de Dijon réunit dans les locaux de la Métropole pour une séance extraordinaire consacrée à la crise sanitaire
Le conseil municipal de Dijon réunit dans les locaux de la Métropole pour une séance extraordinaire consacrée à la crise sanitaire © Radio France - Olivier Estran

Une fois n'est pas coutume, le préfet de la Côte-d'Or, Fabien Sudry,  et le directeur de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté, Pierre Pribile étaient conviés à la réunion. Ils étaient chargés en préambule de faire le point sur la situation sanitaire à Dijon et en Côte-d'Or. Ce lundi soir, on comptabilisait 284 côte d'Oriens hospitalisés COVID , dont 31 en réanimation. 

La situation sanitaire et économique 

Selon le préfet Fabien Sudry, "on revient dans la moyenne nationale, même si le taux d'incidence reste plus élevé avec un chiffre de 246 en Côte-d'Or contre 211 pour la moyenne nationale". Une baisse qui s'expliquerait selon Fabien Sudry grâce aux effets du couvre feu. Cette stabilisation devrait éviter un reconfinement, selon le représentant de l'Etat en Côte-d'Or. 

Sur le plan économique, en côte d'or 12.200 entreprises ont bénéficié du Fonds de Solidarité depuis le début de la crise sanitaire,  7.200 ont eu recours aux prêts garantis par l'état pour un total de 942 millions d'euros

La vaccination en Côte-d'Or

En Côte-d'Or, 18.000 personnes se sont faites vacciner en janvier, c'est donc bien plus que l'objectif de 10.000 fixé par le préfet. Le revers de la médaille, c'est les livraisons ne suivent plus. Les laboratoires Pfizer / BioNtech n'arrivent pas à faire face à la demande, ce qui fait qu'aujourd'hui "on est dans un marathon,  et loin du scénario que l'on imaginait il y a un an" reconnaissent les autorités. 

Le conseil municipal réunit au conseil métropolitain
Le conseil municipal réunit au conseil métropolitain © Radio France - Olivier Estran

Dijon, l'exception ? 

Le directeur de l'Agence régionale de Santé, Pierre Pribile explique qu'à Dijon,  le taux d'incidence est de 180 pour 100 000 habitants. Il est même en baisse, y compris pour les plus de 65 ans, où le taux est de 170 pour 100.000 habitants. Nous ne sommes donc pas dans la troisième vague annoncée,  mais il y a toujours la crainte des nouveaux variants plus contagieux, bref "On marche sur un fil" pour Pierre Pribile. Quant à l'effet "fêtes de fin d'année" il a été quasiment nul dans notre département et dans la région. Il n'y a pas eu de rebond ce qui signifie pour les autorités que on fait preuve de civisme ! 

Cette crise sanitaire crée aussi des dommages collatéraux notamment au niveau des maladies mentales, et un public inquiète en ce moment les autorités. Il s'agit de celui des étudiants qui se retrouvent souvent isolés et sans ressources. Les autorités affirment qu'elles vont les accompagner. 

Le public interdit de séance

En raison des mesures sanitaires, ce conseil se déroulait sans public, mais les débats étaient diffusés sur le site internet de la ville et sur sa page Facebook.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Patrons de bars et de restos dispensés de la taxe sur les terrasses.

Un seul dossier a été soumis au vote des conseillers, il concerne tous les commerces qui doivent s'acquitter d'une redevance de l'occupation de l'espace public.

Nahalie Koenders, la première adjointe et le maire François Rebsamen
Nahalie Koenders, la première adjointe et le maire François Rebsamen © Radio France - Olivier Estran

Une petite consolation pour les patrons de bars et de restos de Dijon.  Ils sont dispensés de payer la taxe sur les terrasses pour les 3 premiers mois de l'année. Une mesure votée à l'unanimité  par les élus de la ville de Dijon. Cette exonération coûte 257 mille euros 500 à la ville. C'est la seule mesure votée au terme d'une séance de 3 heures et demi qui a surtout servi a faire le point sur la situation.

Dans les rangs de l'opposition de Droite, Emmanuel Bichot estime que la ville n'a pas de plan de bataille pour contrer l'épidémie

Emmanuel Bichot déplore un "manque de visibilité"

Pas d'accord répond le maire PS François Rebsamen . Dijon serait une des métropoles en France qui aide les plus ses entreprises en difficulté. Avec en moyenne une subvention de 15 mille euros par dossier, c'est plus que Lille ou Nice par exemple:

La réponse du maire de Dijon

Les élus ont aussi évoqué un plan de soutien psychologique pour les personnes en détresse, notamment les étudiants. Certains dispositifs existent déjà, il est question de les élargir à un public plus vaste, et pour des rendez-vous plus nombreux. Ce sera tranché lors du prochain conseil municipal. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess