Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dîners fastueux : François de Rugy répond à Mediapart

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Visé par Mediapart après avoir organisé d'opulents dîners quand il était président de l'Assemblée nationale, François de Rugy a répondu en longueur sur sa page Facebook, ce mercredi 10 juillet au soir. Il dit assumer et n'avoir rien à cacher.

Le ministre de l'Écologie a publié divers documents sur sa page Facebook, ce mercredi 11 juillet au soir.
Le ministre de l'Écologie a publié divers documents sur sa page Facebook, ce mercredi 11 juillet au soir. © Maxppp - Thomas Padilla

France

François de Rugy VS Mediapart, acte II. Après la diffusion par le média d'investigation, ce mercredi 10 juillet, d'un article sur d'abondants dîners qu'il a organisé aux frais de la République entre 2017 et 2018, quand il était président de l'Assemblée nationale, l'actuel ministre de l'écologie a répondu le soir même, vers minuit, en publiant neuf documents sur sa page Facebook.

La "transparence" comme mot d'ordre

Dès la publication par Mediapart de l'article, et des photos de homards, vins grand cru et champagne, François de Rugy a été clair : "J'assume", a-t-il martelé, refusant qu'on leur reproche quoi que ce soit, à sa femme et à lui. Et ce, malgré le scandale progressif que l'information a déclenchée, notamment sur les réseaux sociaux où les photos de ces opulents dîners ont beaucoup tourné. Le 10 juillet en fin d'après-midi, le mot-clé "DeRugy" était le plus utilisé sur Twitter, à l'échelle française.

Rapidement, les photos des dîners organisés par François de Rugy ont enflammé la toile. - Aucun(e)
Rapidement, les photos des dîners organisés par François de Rugy ont enflammé la toile. - Capture d'écran

"La transparence est un progrès", a lancé le ministre sur sa page Facebook, en réponse à Mediapart, dont il fustige la "présentation déformée, partielle et tendancieuse". Sur ces repas d'abord, il rappelle qu'ils étaient nécessaires dans le cadre de son rôle de "représentation". Selon lui, il n'y en aurait eu qu'une dizaine entre 2017 et 2018. Par ailleurs, il s'applique à réduire les frais liés à ses mandats. À l'écologie, il dit avoir dépensé trois fois moins que prévu dans les frais de réception.

"Je tiens à la disposition de chacun(e) l'ensemble des devis des travaux réalisés." - François de Rugy.

Autre dossier déterré par Mediapart, auquel François de Rugy répond : les importants travaux effectués dès novembre 2018 dans ses appartements de fonction du ministère, à l'hôtel du Roquelaure de Paris. Coût total : plus de 63 000 €, une enveloppe encore une fois assumée par le ministre. Les derniers travaux dataient d'il y a 16 ans, et les locaux étaient considérés comme "vétustes". Dans le détail :

  • 35 390,76 € de peinture
  • 4 639,20 € de revêtements des sol
  • 16 996,11 € pour un dressing
  • 6 057,48 € pour rénover une salle de bain

Pour tenter de calmer le jeu, François de Rugy a montré patte blanche : joints à son texte, des e-mails du ministère de l'Écologie, le devis des travaux, et l'interview complète effectuée lundi 8 juillet avec Mediapart. "Je tiens à la disposition de chacun(e) l'ensemble des devis des travaux réalisés", renchérit-il.

Directrice de cabinet remerciée

Mais la réaction du média d'investigation n'a pas tardé : quelques heures seulement après leur premier article, il a publié de nouvelles révélations sur Nicole Klein, la directrice de cabinet du ministre, selon lesquelles elle occupe depuis 18 ans un logement social (HLM) à Paris. Ancienne préfète des Pays de la Loire, Nicole Klein n'a même pas vécu en région parisienne entre 2006 et 2018. 

Elle a quitté le cabinet à la demande de François de Rugy ce mercredi 10 juillet au soir, après la diffusion de ces informations.

"S'il s'agit d'amis privés, il y aura un problème." - Aurore Bergé, porte-parole LREM

Les prochaines heures s'annoncent houleuses : des députés marcheurs furieux contre le ministre veulent prendre une mesure disciplinaire contre lui. Le délégué général de LREM, Stanislas Guerini, a même estimé ce jeudi 11 juillet que la déontologue de l'Assemblée nationale, Mme Agnès Roblot-Troizier, devrait se pencher sur la question. Aurore Bergé, députée LREM et porte-parole du groupe à l'Assemblée, est du même avis, et rajoute : "S'il s'agit d'amis privés [invités pendant ces fameux dîners, NDLR], il y aura un problème. Évidemment, les images interpellent et toute la transparence doit être faite."

De son côté, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a confirmé que François de Rugy gardait pour l'heure "la confiance" d'Emmanuel Macron.