Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dîners fastueux de François de Rugy : "J'assume totalement" martèle le ministre

-
Par , France Bleu

Homards géants, grands crus, champagne : François de Rugy, actuel ministre de la Transition écologique, est visé par un article de Mediapart. Publié ce mercredi, il relate des dîners fastueux organisés par celui qui était alors président de l'Assemblée nationale. "J'assume" répond François de Rugy.

François de Rugy
François de Rugy © Maxppp - Leon Tanguy

La polémique enfle autour des dîners fastueux de François de Rugy. Mediapart a publié ce mercredi une enquête visant l'actuel ministre de la Transition écologique et son épouse, Séverine. Selon le site d'informations, de 2017 à 2018, l'élu qui était alors président de l'Assemblée nationale a organisé, avec son épouse, des dîners privés avec homards géants, grands crus dans des verres en cristal et serveurs.

Et ce, avec les fonds publics qui lui étaient alloués quand il était président de l'Assemblée nationale. 

Toujours d'après Mediapart, les participants étaient "entre 10 et 30 par dîner" à l'hôtel de Lassay (la résidence du président de l'Assemblée), et "appartenaient tous au cercle relationnel de Séverine de Rugy". Il y aurait eu une dizaine de repas privés.

"Il n'y a pas eu de dîners entre amis" selon François de Rugy

Le ministre s'est défendu ce mercredi matin sur l'antenne de nos confrères de France Inter. "Nous n'avons rien à nous reprocher", a répété François de Rugy. Je n'accepte pas qu'on nous attaque." Il a dénoncé "un article pamphlétaire" de Mediapart. 

Selon l'élu, il s'agissait d'"un travail de représentation" et pas du tout de "soirées fastueuses".

"Nous n'avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi." - François de Rugy

François de Rugy "assume totalement qu'un président de l'Assemblée nationale, comme un ministre, rencontre dans un cadre informel des responsables d'entreprises, de la culture, des universités"

La polémique enfle, "confiance" du gouvernement 

Le ministre est attaqué de toutes parts, à droite comme à gauche. Mathilde Panot, vice-présidente des députés la France Insoumise, s'exprime sur Twitter : "L'indécence faite homme".

Julien Aubert, député Les Républicains, réclame une audition du ministre et de "la transparence sur ses dépenses". La députée Delphine Batho réclame elle la démission de François de Rugy. 

Pour Jean-Christophe Picard, président de l'association de lutte contre la corruption Anticor, il serait "élégant de sa part" que le ministre rembourse ces dîners "puisqu'il ne parvient pas à démontrer qu'ils ont été organisés dans un cadre professionnel. Ce serait élégant de ne pas faire supporter au contribuable des dépenses à caractère privé".

"Quand on explique qu'on souhaite garder pied avec la réalité en mangeant du homard avec ses amis, c'est qu'il y a quand même un problème." - Jean-Christophe Picard, président de l'association Anticor

De son côté, la porte-parole du gouvernement déclare ce mercredi que François de Rugy "conserve bien évidemment la confiance" du président et du gouvernement. Dans les "fonctions de président de l'Assemblée nationale", "il est évident qu'on est amené à avoir des moments de représentation, des moments aussi de contact avec la société civile sous des formes qui peuvent être extrêmement diverses", a expliqué Sibeth Ndiaye.