Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Strasbourg : 2.000 manifestants, une quarantaine d'interpellations, sept blessés

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Un mois avant les élections européennes, les gilets jaunes se sont donné rendez-vous samedi 27 avril à Strasbourg pour un rassemblement national et international. Plus de 2.000 manifestants se sont retrouvés dans la capitale alsacienne. Une quarantaine de personnes ont été interpellées.

Face à face entre les gilets jaunes et les forces de l'ordre samedi 27 avril à Strasbourg.
Face à face entre les gilets jaunes et les forces de l'ordre samedi 27 avril à Strasbourg. © AFP - Patrick Hertzog

Strasbourg, France

La capitale alsacienne accueillait ce samedi l'acte 24 des gilets jaunes. Le défilé n'avait pas été déclaré officiellement et la préfecture avait décidé de bannir les manifestants d'une partie de la ville. Comme annoncé, les gilets jaunes se sont rassemblés à 13h place de la Bourse à Strasbourg. Ils voulaient rejoindre le Parlement européen, mais n'y sont pas parvenus. Selon la préfecture, le cortège comptait 2.000 personnes. 

Des heurts ont éclaté à plusieurs reprises dans l'après-midi sur le quai des Bateliers, place de Bordeaux, à l'Esplanade et enfin à la Krutenau. La préfecture annonce 42 interpellations à 20h et sept personnes blessées, en urgence relative : trois policiers, trois manifestants et une riveraine - qui ont été pris en charge par le  service départemental d’incendie et de secours. Parmi eux, trois avaient été incommodés par des gaz lacrymogènes et deux ont été  ransportés à l’hôpital. Par ailleurs, un véhicule a été incendié, des éléments du mobilier urbain détériorés et brûlés.

Le film de la manifestation à Strasbourg 

19h30 : la manifestation est terminée. L'ensemble des trams circule de nouveau dans le centre ville de Strasbourg.

18h30 : Un petit groupe de gilets jaunes a rejoint la place Kléber, au cœur de la ville, où des gendarmes mobiles se sont déployés à leur tour. Ils ont tiré des grenades lacrymogènes sur la place.

Les forces de l'ordre place Kléber à Strasbourg, en fin de manifestation. - Radio France
Les forces de l'ordre place Kléber à Strasbourg, en fin de manifestation. © Radio France - Corinne Fugler

La préfecture annonce 26 interpellations et un blessé dans les rangs des forces de l'ordre : "Des tirs de lacrymogène et des manœuvres de dispersion ont été nécessaires pour mettre fin à ces confrontations. Vingt-six personnes ont été interpellées. On dénombre un blessé parmi les manifestants et un blessé parmi les forces de l’ordre".  

Il reste 400 manifestants dans les rues de Strasbourg à 18h, estime la préfecture.

18h20 : Situation tendue entre manifestants et gendarmes à la Krutenau, rue des Orphelins et place de Zurich. L'hélicoptère des forces de l'ordre continue à survoler le centre-ville.

Des tensions entre gendarmes et gilets jaunes rue des Orphelins - Aucun(e)
Des tensions entre gendarmes et gilets jaunes rue des Orphelins - Ph. B.

18h: De petits groupes de gilets jaunes se sont dispersés dans le quartier de la Krutenau, talonnés par les forces de l'ordre.

17h20 : Des lambeaux de cortège sont arrivés place de l'Etoile. Le tunnel de l'Etoile, tout proche, est fermé à la circulation. 

Dans un nouveau communiqué, la préfecture annonce cinq interpellations : "Des confrontations avec les forces de l’ordre ont eu lieu allée de la Roberstau, boulevard d’Anvers et à proximité du campus de l’Université de Strasbourg. Des tirs de lacrymogène et des manœuvres de dispersion ont été nécessaires. De nombreuses dégradations ont été constatées (éléments du mobilier urbain détériorés et brûlés, vol de matériel de chantier, etc.). Cinq personnes ont été interpellées.

17h10 :  Une partie des manifestants a renoncé à défiler, découragée par les manœuvres de barrage initiées par les forces de l'ordre. Les autres sont retournés vers la place de l'Etoile, leur point de départ, via la presqu'île Malraux et la galerie marchande Rivetoile.

La ligne de bus n°10 est toujours perturbée. Le reste du réseau de la CTS fonctionne à peu près normalement.

16h50 : Toujours des tensions rue de Rome et rue du Maréchal Juin, à l'Esplanade, avec des tirs de grenades lacrymogènes et des heurts entre manifestants et forces de l'ordre. Les gilets jaunes stationnent sur le campus, près de la faculté de droit.

16h35 :  A nouveau, les forces de l'ordre tentent de disperser les manifestants, disséminés par petits groupes sur le campus universitaire et boulevard de la Victoire. Des poubelles ont été allumées par les manifestants.

Les gilets jaunes rue de Rome, à l'Esplanade - Radio France
Les gilets jaunes rue de Rome, à l'Esplanade © Radio France - Wyloën Munhoz-Boillot
Rue de Rome, près de la cité administrative - Radio France
Rue de Rome, près de la cité administrative © Radio France - W. Munhoz-Boillot

16h30 :  Les gilets jaunes ont atteint le campus universitaire, à l'Esplanade, via l'avenue du Général de Gaulle.

16h15 : La manifestation est arrivée boulevard de la Marne. Elle s'éloigne du quartier de l'Orangerie. Les gilets jaunes n'ont pas réussi à atteindre le Parlement européen.

Boulevard de la Marne, un drapeau breton - Radio France
Boulevard de la Marne, un drapeau breton © Radio France - W; Munhoz-Boillot

16h : Près de l'allée de la Robertsau, les gardes mobiles tirent des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants dans les rues adjacentes. 

Les gendarmes mobiles tiennent le quartier de l'Orangerie - Radio France
Les gendarmes mobiles tiennent le quartier de l'Orangerie © Radio France - W. Munhoz-Boillot

Dans un communiqué, la préfecture du Bas-Rhin annonce trois interpellations : "Place de Bordeaux, des individus cagoulés ont tenté de pénétrer en force dans une zone interdite à la manifestation en se confrontant aux forces de l’ordre et ont dégradé le mobilier urbain. Des tirs de lacrymogène et une manœuvre de dispersion ont été nécessaires. Trois personnes ont été interpellées."

15h50 : situation confuse aux abords du parc de l'Orangerie, près du Conseil de l'Europe. Des véhicules de gendarmerie barrent l'accès à l'avenue de l'Europe.

Des street-medics venus de Besançon pour cet acte 24 strasbourgeois - Radio France
Des street-medics venus de Besançon pour cet acte 24 strasbourgeois © Radio France - W. Munhoz-Boillot

En centre-ville, la circulation des bus et des trams a repris.

15h30 : Le défilé, qui a quitté la place de Bordeaux par le boulevard Jacques Preiss, s'approche à nouveau des institutions européennes par l'allée de la Robertsau. Un cordon de police l'attend près du parc de l'Orangerie.

Germaine, célèbre militante anti-GCO de Kolbsheim, défile avec les gilets jaunes - Radio France
Germaine, célèbre militante anti-GCO de Kolbsheim, défile avec les gilets jaunes © Radio France - W. Munhoz-Boillot

15h20 : Toujours des tensions place de Bordeaux. Jets de grenades lacrymogènes d'un côté, de pierres et de bouteilles de l'autre. Dans les rangs des manifestants, les "street medics" ont déjà secouru un blessé, touché à la tête.

La circulation de plusieurs lignes de tram est paralysée par la manifestation.

15h15 :  La manifestation ne peut pas approcher les institutions européennes. Les forces de l'ordre bloquent les accès depuis la place de Bordeaux. L'avenue de la Paix, vers le centre-ville, est barrée également. Seul axe ouvert : le boulevard Ohmacht, en direction de l'allée de la Robertsau. 

L'hélicoptère tourne toujours au-dessus du cortège.

15h : la manifestation est arrivée place de Bordeaux, à quelques centaines de mètres du Parlement européen. Nouveaux tirs de grenades lacrymogènes.

Tir degaz lacrymogènes près du PMC - Aucun(e)
Tir degaz lacrymogènes près du PMC - Ph. B.

14h30 : Le cortège, qui s'est étoffé, file en direction du Parlement européen, via le palais universitaire. La police empêche l'accès à l'hypercentre. Les premiers gilets jaunes de la place de l'Etoile ont été rejoints par plusieurs centaines de manifestants. La préfecture du Bas-Rhin annonce 2.000 participants.

Le cortège marche le long de l'Ill, en direction des institutions européennes - Radio France
Le cortège marche le long de l'Ill, en direction des institutions européennes © Radio France - Corinne Fugler

14h15 : Des tensions quai des Bateliers.

Premier tir de grenade lacrymogène, pour empêcher la traversée d'un pont sur l'Ill. Les cars de police ferment les ponts d'accès à l'hypercentre.

Près de la préfecture, déploiement de véhicules de police  - Radio France
Près de la préfecture, déploiement de véhicules de police © Radio France - Corinne Fugler

14h10 :  Le défilé, qui compte plus de 1.200 personnes, bute sur un cordon de police place du Corbeau. Il poursuit sa route par le quai des Bateliers, le long de l'Ill, en direction des institutions européennes.

Quai des Bateliers, des cars de police empêchent l'accès au quartier de la cathédrale - Aucun(e)
Quai des Bateliers, des cars de police empêchent l'accès au quartier de la cathédrale - Ph.B.

14h : Un hélicoptère surveille le tracé du défilé, qui n'est pas encore connu.

Les manifestants s'approchent de l'ellipse insulaire, cœur de la ville.

13h50 :  Départ du cortège !

13h45 :  Le défilé ne va pas tarder à quitter la place de l'Etoile

La police se fait très discrète.

Parmi les journalistes qui couvrent la manifestation, notre confrère Gaspard Glanz, interdit de rassemblement à Paris après un doigt d'honneur samedi dernier en direction d'un représentant des forces de l'ordre, lors de l'acte 23.

Les gilets jaunes se sont retrouvés place de place de l'Etoile à la mi-journée. Après des prises de parole, ils ont prévu de défiler dans la ville, en direction des institutions européennes.

Lisez comment, vendredi, veille de la manifestation, Strasbourg se préparait à ce rassemblement.

Boulevard d'Anvers, à Strasbourg, samedi matin, cette agence bancaire se barricade - Radio France
Boulevard d'Anvers, à Strasbourg, samedi matin, cette agence bancaire se barricade © Radio France - Corinne Fugler

La CTS, la compagnie de transports strasbourgeois, s'attend à des interruptions de trafic.

13h30 : près de 500 personnes regroupées place de l'Etoile, prêtes à défiler bientôt dans la ville.

Des prises de parole aussi en allemand. Les "street medics", ces secouristes improvisés qui accompagnent les différents actes des gilets jaunes, sont particulièrement nombreux. Certains sont venus d'Allemagne. 

13h15 : premières prises de parole place de l'Etoile, pour défendre le RIC, le référendum d'initiative citoyenne. 

13h : 200 à 300 manifestants réunis place de l'Etoile.

12h30 : déjà plusieurs dizaines de manifestants place de l'Etoile, sous la pluie.

10h30 : une quinzaine de personnes s'est réunie côté allemand, devant la gare de Kehl, face à la capitale alsacienne. Ces militants allemands ont prévu de rejoindre à pied le point de rassemblement strasbourgeois.

Avant le rassemblement strasbourgeois, la préfecture du Bas-Rhin a multiplié les avertissements en direction des manifestants, via la presse et via les réseaux sociaux.