Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Régionales dans les Hauts-de-France : ce qu'il faut retenir du débat du second tour

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Nord, France Bleu Picardie

France 3 Hauts-de-France en partenariat avec France Bleu Nord et France Bleu Picardie organisait un grand débat ce mercredi soir entre les trois candidats en licen pour le second tour. Retour sur les temps forts de ce rendez-vous avec le second tour.

Xavier Bertrand (divers droite), Karima Delli (EELV-PS-LFI) et Sébastien Chenu (RN) s'affrontent pour le second tour
Xavier Bertrand (divers droite), Karima Delli (EELV-PS-LFI) et Sébastien Chenu (RN) s'affrontent pour le second tour © Radio France - Eric Turpin / MaxPPP

Qui dirigera demain la région Hauts-de-France ? A l'issue du premier tour des élections régionales, trois candidats sont toujours en lice : Xavier Bertrand, le président sortant divers droite, Sébastien Chenu, candidat du Rassemblement national et Karima Delli, la candidate de la gauche unie. 

A quatre jours du second tour, France 3 Hauts-de-France en partenariat avec France Bleu Nord et France Bleu Picardie, organisait un grand débat ce mercredi à 17h45. Quatre thèmes ont été abordés pendant une heure : l'environnement, l'emploi, le pouvoir d'achat et la culture. 

Un débat animé par Virna Sacchi et Dominique Patinec de France 3 et Stéphane Barbereau de France Bleu Nord. Une émission spéciale à voir ou revoir ci-dessous. 

Chacun son explication sur l'abstention record 

Pendant une heure, les trois candidats ont livré leurs propositions, ont confronté leur propositions dans une atmosphèe souvent électrique, notamment quand il a fallu expliquer la forte abstention du premier tour. Deux  électeurs sur trois ne sont pas allés aux urnes.

Pour Karima Delli, c'est en partie parce que Xavier Bertrand gouvernerait en clan, n'écouterait pas assez les habitants, elle promet de réinventer la démocratie citoyenne. "On lancera des initiatives citoyennes. A partir de 5 000 signatures, le sujet sera débattu au sein du conseil régional", propose la candidate de la gauche et des écologistes, "Il faut rouvrir les portes et les fenêtres du conseil régional". Sébastien Chenu met en cause ce qu'il appelle le système Macron-Bertrand mais aussi la réforme des régions

"Les habitants n'ont pas vu l'utilité de cette région. C'est d'ailleurs un échec pour ceux qui l'ont fusionnée, qui ont éloigné les centres de décision des habitants. Les habitants aujourd'hui se disent à quoi ça sert ? Je n'ai pas vu d'impact dans ma vie et croyez moi, les Whirlpool ou les ouvriers de Bridgestone, eux, ils ont pas eu probablement envie d'aller voter parce que la région n'a pas su sauver leur emploi", affirme le candidat du Rassemblement national.

Quand à Xavier Bertrand, il point du doigt les politiques et le trop grand nombre de collectivités. "Ce n'est pas de la faute des électeurs, c'est la responsabilité des politiques. En France, c'est très compliqué, les communes, les intercommunalités, les départements, les régions, l'Etat, l'Europe. Il n'y a que chez nous qu'on a même un tel mille-feuille. J'ai déjà mis sur la table que l'on puisse regrouper les conseillers départementaux et les conseillers régionaux. Ça ferait moins d'élus, ça serait plus simple. En attendant, vous savez, la politique. S'il y avait moins de blabla et plus de résultats, ça fonctionnerait bien aussi", souligne le président sortant divers droite. 

Un climat souvent tendu

Le climat est souvent tendu tout au long de ce débat. Sébastien Chenu du Rassemblement National n'a pas digéré la petite phrase dimanche soir du président sortant qui affirmait, fort du recul du parti d'extrême droite dans la région, "avoir brisé les mâchoires du Rassemblement National".

"Vous vous rendez compte que vous parlez à des Français, à des électeurs français qui sont désespérés par les politiques que vous avez menées et vous voulez broyer la mâchoire des gens qui votent pour le Rassemblement national.

Ces propos de violence sont inacceptables, ils sont inadmissibles et ils vous disqualifient  Xavier Bertrand pour les fonctions dont vous rêvez"

Xavier Bertrand lui répond qu'il ne retire rien à ce qu'il a dit qu'il vise non pas les électeurs qui votent "Front national parce qu'ils sont en colère, parce qu'ils en ont marre, parce qu'ils ne croient plus en personne. Mais moi, je m'adresse clairement aux dirigeants du Front national que vous êtes." 

Pas la même vision de l'environnement

Les trois candidats ont donné leur vision de l'écologie avec des différences notables. Actuellement, la région finance des projets de transformation écologique et numérique avec le label Rev3, une enveloppe de 100 millions d'euros distribués notamment aux entreprises.  Un label pas assez vert pour Karima Delli, la candidate de l'union de la gauche qui a pris l'exemple deTropicalia, ce projet de serre géante qui doit voir le jour dans le Pas-ce-Calais, dans le secteur de Rang du Fliers.

"Quand je vois Tropicalia, une grande serre de 20 000 m² qui va détruire 9 hectares de terres agricoles alors qu'on en a besoin aujourd'hui, on va mettre quoi ?

Ça va être un safari sous cloche, des papillons venant de l'autre bout du monde, des arbres d'Amazonie. C'est hors de question. 

"Il faudra relancer l'écotourisme et notamment sur la Côte d'Opale", explique-t-elle. 

Réplique de Xavier Bertrand, le président de région : 

Mme Karima Delli aurait été aux responsabilités à l'époque. Je suis sûr qu'elle se serait opposée à Nausicaá. Je suis sûr que Nausicaà, avec quelqu'un comme vous, n'aurait jamais vu le jour.

C'est une réussite touristique, économique", réplique Xavier Bertrand. 

Le président sortant du conseil régional qui a également brandi la menace que ferait peser sur le milieu culturel l'élection d'un président RN dans les Hauts-de-France : 

Tant que je serai à la tête de cette région, il n'y aura pas de censure pour la Culture et je le dis en regardant monsieur Chenu

"Ridicule" lui a répondu le candidat RN.

Les propositions phares des candidats

Pour Karima Delli, c'est la gratuité des transports pour les moins de 26 ans. Pour Sébastien Chenu, un chèque de 80€ par mois aux salariés qui vont travailler en voiture. Pour Xavier Bertrand, l'aide au financement du permis de conduire à hauteur de 90% pour les moins de 30 ans au chômage ou en formation.

Voir ou revoir le débat 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess