Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Centre-Val de Loire : écoutez le débat du second tour sur France Bleu

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu Orléans, France Bleu Touraine

Dans la perspective du deuxième tour des élections régionales en Centre-Val de Loire, France Bleu Orléans, France Bleu Berry et France Bleu Touraine donnent la parole aux quatre derniers candidats encore en lice. Un débat à écouter ici.

Quatre candidats sont encore en lice pour le second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire.
Quatre candidats sont encore en lice pour le second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire. © Radio France - A. Denéchère

On appelle ça la dernière ligne droite. Les quatre qualifiés pour le second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire se retrouve au micro de France Bleu Orléans, France Bleu Berry et France Bleu Touraine pour un débat d'entre-deux-tours ce mercredi soir. François Bonneau, président socialiste sortant, Aleksandar Nikolic pour le Rassemblement national, Nicolas Forissier pour les Républicains et l'UDI, et le candidat LREM-Modem Marc Fesneau, l'un des quatre sera ce dimanche soir le président de la Région pour les six prochaines années. 

Ecoutez le débat entre les quatre candidats

Le débat du second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire

Une quadrangulaire, une première en Centre-Val de Loire

Le scrutin de ce dimanche va se jouer entre quatre candidats, une première en Centre-Val de Loire. Lors des dernières élections en 2004, 2010, 2015, une triangulaire s'était déroulée. Mais cette fois, la droite et le Centre n'ont pas réussi à s'accorder. Marc Fesneau a décidé de se maintenir, faute d'accord avec le LR Nicolas Forissier. A gauche, comme en 2015, François Bonneau et Charles Fournier font cause commune après avoir défendu leur couleur au premier tour. Encore en lice aussi dans ce scrutin, le candidat du RN Aleksandar Nikolic, arrivé deuxième ce dimanche au soir du premier tour avec un score loin de ses attentes.

Une quadrangulaire qui favorise l'équipe sortante emmenée par François Bonneau

"Les conditions d'une victoire sont réunies" a déclaré ce dimanche soir François Bonneau en basculant en tête au premier tour. L'absence d'accord entre Nicolas Forissier et Marc Fesneau renforce encore plus cette phrase. Uni avec Charles Fournier, la gauche est en ballottage favorable car elle représente un peu moins de 36% des suffrages au regard du premier tour, alors que les autres candidats manquent de réserve de voix. Ils espèrent maintenant une mobilisation des électeurs pour inverser un scrutin promis à la gauche en Centre-Val de Loire, surtout le Rassemblement national, le plus pénalisé par l'abstention record. 

Que retenir du débat en quelques citations?

Absence de fusion entre Nicolas Forissier et Marc Fesneau

Nicolas Forissier (LR-UDI) : "J'ai été extrêmement clair pendant toute la campagne. On m'a expliqué que je serais quatrième, que les Républicains, l'UDI, etc. seraient obligés de faire la fusion. J'ai toujours dit que je n'étais pas dans une logique de fusion. J'ai considéré après avoir consulté que je devais, et c'est la moindre des choses, tenir mes engagements, tenir ma parole. Donc, on a fini par se rencontrer parce que je pense que c'est important d'échanger avec Marc Fesneau. Il a pris une position différente de celle que je lui proposait. Je la respecte. En référence à l'abstention, si on veut faire revenir les électeurs, il faut de la clarté. J'ai toujours dit avant ce que je ferais, je le fais après".

Marc Fesneau (Modem-LREM) : "Nous avons pointé souvent réciproquement avec Nicolas Forissier, le fait que nous étions d'accord sur un certain nombre de sujets. C'est pour ça que j'ai maintenu ce que j'avais dit, y compris dans les campagnes. Mais c'est vrai qu'il y a une participation qui est faible et qui permet aussi que des choses puissent être battu dimanche. Et puis, c'est bien ça l'essentiel, je n'ai pas du tout envie de polémiquer avec Nicolas Forissier. Après tout, je respecte son choix. Je ne me pose pas du tout en victime. Je regrette que beaucoup d'électeurs, y compris chez M. Forissier, qui auraient souhaité ce rassemblement".

Les transports

Marc Fesneau : "La plupart des gens, 90%, utilisent leur véhicule. Ça veut dire qu'ils ne trouvent pas l'offre dont ils ont besoin. Il faut que nous augmentions l'offre de trains. C'est faire en sorte que des lignes qui sont attendues depuis trop longtemps, je pense à Châteauneuf-Orléans, je pense à Tours-Loches, ce qui permettrait aussi d'accélérer sur Châteauroux, avancent parce que ça permettra d'avoir une offre intra régionale et de désenclaver une partie du territoire. L'est du Loiret est complètement enclavé. Le Sud-Touraine et l'Indre et le Berry, globalement, sont complètement enclavés. Donc, il faut qu'on arrive à désenclaver ces territoires par une offre de train".

François Bonneau (PS-PC-EELV-LFI) : "On a beaucoup de concitoyens qui sont obligés de se déplacer pour trouver du boulot, de se déplacer pour trouver une formation. Le transport doit être bien évidemment le plus important possible. On va passer à des cars qui seront non polluants progressivement sur l'ensemble des lignes. Et puis il faut des nouvelles modalités, ce qu'il appelle les nouvelles mobilités rurales. C'est quoi? Ce sont des flottes de voitures électriques en partage. Et puis, il faut des tarifs. Pour les 18-25 ans, avec la victoire de la liste que je conduis, auront la gratuité des transports. C'est indispensable".

Aleksandar Nikolic (RN) : "Je propose de remettre à niveau la liaison Tours-Châteauroux, la départementale 943, gérée normalement par les départements. Il faut soutenir les départements et donc les réseaux routiers. Parce que aujourd'hui, 90% des déplacements dans notre région se font par la route. Et puis ensuite, par exemple, on va  aider à 50% les automobilistes qui sont en sans plomb 95 pour qu'ils aient un boîtier éthanol 85 pour réduire de moitié le prix du carburant. Ce n'est pas parce que les automobilistes sont abandonnés dans notre région Centre que tous les partis représentés doivent les abandonner".

Nicolas Forissier : "C'est coûteux pour le budget de la région, le budget transport. Il faut donc faire attention à ce qu'on dit. Il y a eu des choses qui ont été faites, Monsieur Bonneau. Je pense qu'il y a de graves lacunes, qu'on peut aller plus loin, qu'on peut faire mieux. Moi, ce que je crois, et là aussi, je ne suis pas le seul visiblement, c'est qu'on doit d'abord adapter l'offre de transport, y compris le transport à la demande, y compris les transports. L'amendement qu'on avait déposé ces dernières années, tous les ans pratiquement, sur un ticket carburant pour aider les gens qui sont obligés de prendre leur voiture dans le monde rural pour aller travailler à 30 ou 40 ou 50 km, nous le ferons. Concernant le train, je veux faire en sorte que les jeunes, qui commencent leur vie professionnelle, puissent avoir un pass multimodal unique. Et là où je ne suis pas d'accord avec François Bonneau, c'est que je pense que même si c'est un tarif extrêmement modique, même si c'est un tarif symbolique, on peut pas avoir une gratuité totale. Moi, je propose un pass unique, y compris pour aller à Paris avec un certain nombre d'allers retours pour aller visiter la capitale ou joue dans les régions voisines, dans les régions voisines.

Le rayonnement de la Région

Aleksandar Nikolic : "Le projet du parc Léonard de Vinci, dans le nord du Loiret. L'idée, c'est d'avoir 50 hectares à peu près 500 millions d'euros de budget de départ, qui va dynamiser comme jamais notre notre région serait une porte d'entrée pour à la fois faire changer d'image, mais faire venir des touristes, faire venir de nouvelles entreprises. Je veux qu'on soit la région de l'avenir".

François Bonneau : "Quand on parvient à faire cette rencontre exceptionnelle de la nature et de la culture. Parce que l'identité, ce n'est ni un parc ni une zone. Il y en a marre des parcs, il y en a marre des zones. Moi, j'ai envie que notre région soit attractive, que tous ces territoires soient attractifs. Je pense à la Loire à vélo, je pense à l'Indre à vélo, je pense aux canaux à vélo, je pense à la Sologne à vélo. Cette proposition là qui induit un type de tourisme de la nature qui va dans tous les territoires, qui est très fédérateur et qui est connue en Ile de France. C'est ça que nous voulons poursuivre. Il y a aussi l'attractivité économique, l'une des toutes premières régions industrielles avec 21% des emplois, c'est dans notre région et pas des emplois d'hier : le médicament, la cosmétique, l'agro alimentaire, la voiture du futur".

Marc Fesneau : "Si nous sommes là, c'est parce que nous en sommes fiers et parfois aussi parce que nous sommes malheureux que ce que nous sommes ne soit pas plus vu à l'extérieur. Voyez ce que je veux dire. C'est ça aussi la fierté. Mais avant de parler de l'attractivité vers l'extérieur, il faudrait que cette région, parce que je pense à tous ceux qui nous écoutent et qui eux, sont en région Centre-Val de Loire et qui, eux, se demandent comment ils vont continuer à se former, à travailler, à se déplacer, à exercer du tourisme, de la culture. Nous sommes une région qui ne retient pas ses enfants. On n'a pas parlé de démographie médicale, mais songez juste que au CHU de Tours, 40% à 50% des jeunes qui y sont formés quittent la région. Et puis, il faut qu'on ait des éléments de fierté, c'est-à-dire des filières d'excellence. Je pense à la question de la transition énergétique et à l'énergie, je pense à la question de ce que je propose autour d'une filière autour de l'habitat, je pense à la question du numérique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess