Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

DIRECT VIDÉO - Affaire Benalla : suivez l'examen des motions de censure à l'Assemblée

mardi 31 juillet 2018 à 14:36 Par Viviane Le Guen, France Bleu

A la veille de la pause estivale, les parlementaires de droite et de gauche défendent ce mardi deux motions de censure déposées contre le gouvernement à l'Assemblée nationale. Les députés d'opposition entendent dénoncer la pratique du pouvoir d'Emmanuel Macron, en marge de l'affaire Benalla.

Le gouvernement fait face mardi 31 juillet à deux motions de censure à l'Assemblée nationale.
Le gouvernement fait face mardi 31 juillet à deux motions de censure à l'Assemblée nationale. © AFP - Bertrand GUAY

La droite et la gauche défendent ce mardi à partir de 15h deux motions de censure, les premières depuis l'accession d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Objectif : obliger le gouvernement à s'expliquer à nouveau sur le comportement d'Alexandre Benalla, mis en examen après des violences le 1er mai, et sur la réaction de l'Elysée et l'Intérieur. 

L'opposition de droite et de gauche entend aussi dénoncer la pratique du pouvoir d'Emmanuel Macron qualifiée de "dérive monarchique" par le chef de file des Républicains à l'Assemblée, Christian Jacob, qui doit s'exprimer le premier. André Chassaigne, président du groupe GDE, prendra ensuite la parole. A charge pour le Premier ministre, Édouard Philippe, de leur répondre. Chaque groupe disposera de quinze minutes de débat, suivies des explications de vote. 

Regardez en direct les débats à l'Assemblée nationale

Deux motions simultanées, une première depuis 1979

C'est la première fois depuis 1979 que deux motions de censure sont débattues simultanément. 

La première a été déposée par les députés LR la semaine dernière et "signée uniquement par des membres du groupe". Ils dénoncent "des manquements graves dans le fonctionnement de nos institutions (...) aux niveaux les plus élevés de l'Etat". 

La seconde motion, portée par les socialistes, les communistes et les Insoumis vise à obtenir des explications, face notamment à une "obstruction" de la majorité dans la commission d'enquête de l'Assemblée - la commission a implosé avant la fin de ses travaux. Pour Olivier Faure, le Premier secrétaire du Parti socialiste, il s'agit d'envoyer "une alerte" au gouvernement.

A la mi-journée, les députés PCF et de la France Insoumise ont annoncé qu'ils voteront également pour la motion de censure déposée par Les Républicains. 

Quant au Rassemblement National de Marine Le Pen, il votera les deux motions.
 

Peu de chances d'aboutir à la chute du gouvernement

En vertu de l'article 50 de la Constitution, l'adoption d'une motion de censure par les députés oblige le Premier ministre à remettre au chef de l'Etat la démission du gouvernement

Dans les faits, au vu de la très large majorité LREM-MoDem, les deux motions ont peu de chance de faire tomber le gouvernement. Ni LR avec 103 députés, ni la gauche avec 63, ne peuvent, même en votant tous les uns pour les autres, rassembler la majorité requise de 289 voix.

De son côté, la majorité LREM-MoDem qui dénonce une "instrumentalisation politique" de l'affaire Benalla espère refermer la séquence politique et mettre un terme à 10 jours de crise, à la veille de la pause estivale.