Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français ce dimanche à 20h. Le président de la République a fait un point sur la crise sanitaire liée au coronavirus. Il a notamment annoncé le passage en "vert" de toute la France, sauf la Guyane et Mayotte, dès ce lundi.

Emmanuel Macron prend la parole à 20h ce dimanche.
Emmanuel Macron prend la parole à 20h ce dimanche. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Emmanuel Macron a pris la parole ce dimanche soir, à 20h, lors d'une allocution télévisée enregistrée depuis l'Elysée. Le président de la République a fait un point sur la crise sanitaire liée au coronavirus, et tiré le bilan du confinement et du déconfinement intervenu il y a un mois, le 11 mai dernier. Il s'agit de son quatrième discours depuis le début de l'épidémie en France.

Réouverture des cafés et restaurants en Ile-de-France

A partir de lundi, "nous allons pouvoir tourner la page du premier acte de la crise", a annoncé Emmanuel Macron. Selon le chef de l'État, dès ce lundi, "tout le territoire, à l'exception de Mayotte et de la Guyane où le virus circule encore activement, (...) passera dans (...) la zone verte ce qui permettra notamment une reprise plus forte du travail et la réouverture des cafés et restaurants en Ile-de-France". 

Ecole obligatoire à partir du 22 juin

Les crèches, écoles et collèges doivent se préparer à accueillir à partir du 22 juin tous les enfants et les élèves. L'école sera en effet "obligatoire" à cette date. Depuis le début du déconfinement, le protocole sanitaire imposé aux établissements scolaires ne permettait d'accueillir que 15 élèves maximum par classe en primaire.

Les visites dans les Ehpad autorisées

Emmanuel Macron a également précisé que les visites dans les maisons de retraite et les Ehpad seront à nouveau autorisées dès ce lundi.

Election municipale le 28 juin

Le chef de l'État a également confirmé que l'élection municipale pourra bien se dérouler le 28 juin. Il a tout de même ajouté qu'il faudra "éviter au maximum les rassemblements" qui resteront "très encadrés" car "ils sont la principale occasion de propagation du virus".

"Nous n'avons pas à rougir de notre bilan"

"La nouvelle étape qui s'ouvre va permettre d'accélérer la reprise et il le faut, a rappelé Emmanuel Macron. Nous n'avons pas à rougir de notre bilan, des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos actions. Nous avons su doubler en quelques jours nos capacités en réanimation. La période a montré que nous avions de la ressource". 

Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait et de notre pays. - Emmanuel Macron

Mais Emmanuel Macron "veut que nous tirions toutes les conclusions" : "Nos faiblesses, nous les corrigerons vite et fort". Retrouver notre indépendance pour "vivre heureux et vivre mieux" sera le cap des deux prochaines années selon le président.

"Une économie forte, écologique et solidaire"

Pour le chef de l'État, "notre première priorité est de reconstruire une économique forte, écologique, souveraine et solidaire". Il a listé les mesures déjà mises en place : chômage partiel, prêts aux entreprises, soutien des plus précaires, "tout a été mis en oeuvre par le gouvernement pour sauvegarder nos emplois". "Au total, nous avons mobilisé près de 500 milliards d'euros pour notre économie, pour les travailleurs, les entrepreneurs et les plus précaires, c'est inédit", a souligné Emmanuel Macron. 

Le président a exclu d'augmenter les impôts pour financer les dépenses liées à la crise, mais il a prévenu qu'il fallait "travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres".

"Il faut tout faire pour éviter au maximum les licenciements, a martelé Emmanuel Macron. Il nous faut créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole." Mais pour le chef de l'État, il faut aussi créer "les emplois de demain par la reconstruction écologique, avec un plan de modernisation du pays autour de la rénovation thermique de nos bâtiments, des transports moins polluants, du soutien aux industries vertes"

La reconstruction doit aussi être sociale, "par la santé avec la négociation du Ségur". La relance doit mieux protéger "les personnes âgées et les plus jeunes". Emmanuel Macron annonce un investissement massif pour l'instruction, la formation et les emplois pour notre jeunesse : "C'est elle qui porte la dette écologique et budgétaire de notre pays".

Des décisions fortes pour l'égalité des chances

Selon le chef de l'État, "la crise a révélé des inégalités". De nouvelles décisions "fortes pour l'égalité des chances" seront prises, a annoncé Emmanuel Macron. "Notre combat doit se poursuivre et s'intensifier pour permettre d'obtenir les diplômes et les emplois qui correspondent aux mérites et talents de chacun, et lutter contre le fait que le nom, l'adresse, la couleur de peau réduisent encore trop souvent dans notre pays les chances que chacun doit avoir", a-t-il ajouté, au lendemain de manifestations contre les violences policières et le racisme à travers la France. 

"Nous serons intraitables face au racisme, à l'antisémitisme et aux discriminations, a déclaré le président. Nous ne bâtirons pas notre avenir dans le désordre. Sans ordre républicain il n'y a ni sécurité ni liberté. Cet ordre, ce sont les policiers et les gendarmes sur notre sol qui l'assurent. Ils sont exposés à des risques quotidiens en notre nom c'est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation."

"La République n'effacera aucune trace, ni aucun nom de son Histoire. Elle ne déboulonnera aucune statue".  Emmanuel Macron a ainsi répondu à Jean-Marc Ayrault. L'ancien premier ministre et actuel président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage a demandé de rebaptiser une salle Colbert à l'Assemblée nationale ainsi qu'un bâtiment de Bercy portant le nom du ministre à l'initiative en 1685 du Code noir.

Davantage de décentralisation, nouvelle allocution en juillet

L'organisation de l'État "doit changer" selon Emmanuel Macron, avec davantage de décentralisation : "Je veux ouvrir une page nouvelle donnant des libertés et des responsabilités à ceux qui agissent au plus près de nos vies, responsabilités pour nos hôpitaux, nos universités, nos maires".

Emmanuel Macron a également annoncé qu'il s'adressait aux Français en juillet pour "préciser (un) nouveau chemin, lancer les premières actions".

Les annonces d'Emmanuel Macron dimanche 14 juin 2020
Les annonces d'Emmanuel Macron dimanche 14 juin 2020 © Visactu - Visactu
La carte du déconfinement ce 14 juin
La carte du déconfinement ce 14 juin © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu