Politique

Discours de Hollande : réactions de parlementaires auvergnats

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne jeudi 8 septembre 2016 à 18:26

les parlementaires auvergnats divisés après le discours de François Hollande
les parlementaires auvergnats divisés après le discours de François Hollande - : ©Maxppp / AFP

Le discours du chef de l'état ressemble fort à un premier acte de candidature. C'est un secret de polichinelle, François Hollande souhaite se succéder à lui-même. En Auvergne, ses adversaires se lâchent. Ses soutiens le défendent tant bien que mal.

La "démocratie face au terrorisme". C'était l'intitulé du discours présidentiel prononcé jeudi par François Hollande. Mais ce n'est une surprise pour personne, c'est bien un candidat potentiel à sa propre succession qui s'est exprimé salle Wagram à Paris. Le président sortant s'est d'abord posé en défenseur de l'état de droit face au terrorisme et s'est présenté en défenseur de la laïcité, tout en écartant toute loi interdisant le burkini. Mais ces adversaires politiques en ont pris également pour leurs ambitions. En ligne de mire, son prédécesseur Nicolas Sarkozy, qu'il accuse notamment d'avoir diminué les effectifs de policiers et le budget de la Défense. En grand arbitre de son propre camp, François Hollande n'a pas oublié de distribuer quelques cartons jaunes. "Ah, ce n'est pas facile, l'élection ! Il faut la mériter, il faut s'y préparer, et il faut respecter les citoyens", a déclaré le chef de l'état dans une allusion visant son ancien ministre démissionnaire, Emmanuel Macron.

François Hollande vient de faire un pas décisif vers une déclaration de candidature à la présidentielle, donc à la primaire socialiste. Et cette sortie savamment dosée n'a fait que confirmer ce qui ressemblait de plus en plus à un secret de polichinelle, loin de tout suspense. Ce qui fait réagir  la classe politique. Et notamment, les parlementaires auvergnats.

La députée Europe Ecologie Les Verts du Puy-de-Dôme, Danielle Auroi, ne veut plus entendre parler de François Hollande. Mise à part la loi sur le mariage pour tous, tout ou presque est à jeter dans son bilan. A commencer par les mesures frileuses prises en faveur de l'écologie et du développement durable.

Danielle Auroi, députée écologiste du Puy-de-Dôme

François Hollande garde encore quelques précieux soutiens au parlement. C'est le cas du sénateur PS du Puy-de-Dôme, Jacques-Bernard Magner. Déçu comme beaucoup de socialistes par les promesses non tenues lors du fameux discours fondateur du Bourget en janvier 2012, le maire de Charbonnières-les-Vieilles trouve dans le bilan du chef de l'état plusieurs motifs de satisfaction. Pour l'école, la police, la justice, l'armée ou encore la santé.

Le sénateur socialiste du Puy-de-Dôme, Jacques-Bernard Magner

François Hollande - Radio France
François Hollande © Radio France

Partager sur :