Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dissolution d'ETA : "Je ne traite pas cette journée d’historique" (Gorka Landaburu)

mercredi 2 mai 2018 à 19:16 Par Oanna Favennec et Yves Tusseau, France Bleu Pays Basque

Gorka Landaburu, victime d’ETA et directeur de l’hebdomadaire espagnol Cambio 16 réagit à l’annonce ce mercredi l’organisation basque de la dissolution de toutes ses structures.

Gorka Landaburu en 2012.
Gorka Landaburu en 2012. © Maxppp -

Pays Basque, France

"Je ne traite pas cette journée d’historique, car on a traité tellement de journées d’historiques… ", relativise Gorka Landaburu, alors qu’ETA a annoncé avoir "dissous toutes ses structures" et "mis fin à sa fonction" dans une lettre datée du 16 avril publiée mercredi par le journal en ligne espagnol eldiario.es. "Moi je considère que le communiqué le plus important, c’était celui de 2011, lorsque l’ETA a dit adieu aux armes. C’est le communiqué avec lequel toutes les menaces de cette organisation terroristes ont disparu." Le journaliste explique tout de même qu’il a l’espoir de tourner définitivement la page : "Le rêve, maintenant, c’est de fermer la persienne, de dire « Au revoir, ETA ». Ça vient trop tard, comme toujours…"

Une "mise en scène" à Cambo-les-bains

Et maintenant ? Une "rencontre internationale pour avancer dans la résolution du conflit au Pays Basque" bénéficiant du soutien du Groupe International de Contact, de l'association Bake Bidea, et de celui des élus locaux est organisée ce vendredi à Cambo-les-bains. Une "mise en scène" pour Gorka Landaburu. "Ils vont essayer de sauver la face, car ETA n’a rien obtenu de toutes ces années, toutes ces décennies de violence", analyse-t-il.

"Il est important à présent que chacun raconte ce qui s’est passé pendant toutes ces années et que cette mémoire permette que jamais, jamais ne se reproduisent les actes de terrorisme et de violence que nous avons vécu au Pays Basque", conclut le journaliste. 

Ancien correspondant de Radio France, directeur de l’hebdomadaire Cambio 16, Gorka Landaburu a été blessé en 2001 par un colis piégé envoyé par ETA. L’envoi contenait 110 grammes de dynamite.