Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Distribution de tracts dans une ambiance tendue, à la fac des Tanneurs, à Tours, pour les "Jeunes Avec Macron"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine
Indre-et-Loire, France

Des militants enfarinés, d'autres insultés, la distribution de tracts des "Jeunes avec Macron", mercredi après-midi, à la fac des tanneurs, à Tours, a été mouvementée. Les militants d'En Marche ont tout de même réussi à instaurer le dialogue avec quelques étudiants.

Certains étudiants de la fac des tanneurs, à Tours, ont été très hostiles envers les militants d'En Marche. Parfois, le dialogue a tout de même pu s'engager.
Certains étudiants de la fac des tanneurs, à Tours, ont été très hostiles envers les militants d'En Marche. Parfois, le dialogue a tout de même pu s'engager. © Radio France - Boris Compain

Dimanche dernier, les 18-25 ans ont principalement voté pour Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Emmanuel Macron est arrivé 3ème, dans l'électorat jeune. Pour tenter de convaincre de nouveaux électeurs, quelques-uns des "Jeunes avec Macron" sont donc allés distribuer des tracts devant la fac des tanneurs, à Tours, mercredi midi.

Deux militants aspergés de farine par un étudiant criant "ni Macron, ni Le Pen"

Les étudiants des tanneurs ont été en très en pointe des luttes contre la loi travail, une loi à laquelle Emmanuel Macron est associé. Le leader d'En Marche est donc considéré comme un ennemi par certains étudiants de cette faculté. Résultat, peu après le début de la distribution de tracts, Théo et Clara, militant de 19 ans, sont aspergés de farine.

"On était là depuis 10 minutes, et quelqu'un qui scandait "ni Le Pen ni Macron" nous a enfarinés. Des gens mettent sur le même plan les idées de l'extrême-droite et le social-libéralisme d'Emmanuel Macron. Des gestes comme ça dénotent quand même d'un esprit assez fermé. Nous, on n'est totalement hors de ce genre de pratique. On veut pouvoir discuter avec tout le monde".

Un étudiant lance "ordure", en passant, aux jeunes macronistes, qui ne réagissent pas pour ne pas envenimer les choses. Quelques minutes plus tard, ce garçon revient avec deux autres membres du syndicat Solidaire Etudiant. Eux aussi vont se mettre à distribuer des tracts, dans lesquels ils dénoncent les programmes des deux candidats du second tour. Un des étudiants syndiqués s'approche des macronistes, et les interpellent avec agressivité.

"Dans un pays qui compte des millions de chômeurs, quand on explique que quand un chômeur refusera plus de deux offres d'emplois, il sera radié, c'est problématique. Ca engendre une violence qui est un peu supérieure à celle de quelques mots montés un peu hauts". Un étudiant du syndicat Solidaire Etudiant

Dialogue impossible entre un membre du syndicat Solidaire Etudiants et un jeune militant d'En Marche.

Beaucoup d'étudiants semblent encore hésiter sur leur vote au second tour

Il y a tout de même beaucoup d'étudiants qui prennent le tract. Certains l'attrapent sans un mot. D'autres acceptent de dialoguer avec les pro-Macron, même si ils avaient choisi d'autres candidats au premier tour. Beaucoup expliquent qu'ils ignorent encore ce qu'ils feront le 7 mai

"Pour moi, ce sera l'abstention, ou aller voter Macron, si j'ai le temps, mais sans conviction du tout. Mon préféré, c'était Benoit Hamon...mais c'est vrai que face à Le Pen, ça change pas mal de choses" explique un étudiant en Master. Une de ses amies avoue que, pour elle aussi, c'est le flou : "Au premier tour, mon choix pour Mélenchon était très clair. Maintenant, je suis un peu perdue, c'est le flou artistique, donc honnêtement, je n'ai aucune idée de celui ou celle pour qui je vais voter. Je déciderai dans les jours qui viennent. Ca pourrait être n'importe lequel des deux candidats".

Le mouvement "les Jeunes avec Macron" revendique une centaine d'adhérents, en Indre-et-Loire. Les quelques-uns qui sont allés tracter devant la fac des tanneurs savaient qu'ils venaient en terrain difficile. Ils n'ont pas été déçus.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess