Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Distribution des documents électoraux : Gérald Darmanin favorable à la fin de la concurrence

-
Par , France Bleu

Après les ratés dans la distribution des documents électoraux avant le premier tour des élections régionales, qui se sont soldées par une abstention record, le ministre de l'Intérieur s'est dit ce mercredi favorable à la fin de la concurrence dans le marché qui vise à distribuer ces plis électoraux.

Dans un entrepôt d'Adrexo à Courlans, dans le Jura, lundi.
Dans un entrepôt d'Adrexo à Courlans, dans le Jura, lundi. © Maxppp - Philippe TRIAS

Des programmes qui finissent dans les poubelles, brûlés ou ou en forêt plutôt que dans les boîtes aux lettres des électeurs. Les images vues avant le premier tour des élections départementales et régionales, qui se sont soldées par une abstention inédite, mettent en cause les sociétés chargées de distribuer la propagande électorale, La Poste et surtout Adrexo. 

Auditionné au Sénat après les manquements constatés dans cette distribution, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit, ce mercredi, favorable à ce qu'il n'y ait "pas de concurrence" dans la distribution de ces documents électoraux.

Adrexo n'était "pas à la hauteur du marché"

"La difficulté principale, c'est le principe de la mise en concurrence par appel d'offres avec une société (Adrexo, ndlr) qui manifestement n'était pas à la hauteur du marché", a déclaré le ministre de l'Intérieur devant la commission des lois du Sénat.

Un retour à une distribution publique ? 

"Si demain le Parlement souhaitait que nous reprenions en régie un certain nombre de choses, notamment pour assurer le service public des élections, personnellement je n'y verrais pas d'inconvénient", a poursuivi Gérald Darmanin, en soulignant que cela permettrait de "remuscler les préfectures".

Depuis une loi de 2005, qui a transposé deux directives postales européennes, la distribution des documents électoraux est soumise à la concurrence. Adrexo, qui couvrait pour le double scrutin la distribution dans 51 départements de 7 régions, a remporté en janvier l'appel d'offre avec la Poste, l'acteur traditionnel, pour un montant de 200 millions d'euros environ.

Depuis, cette entreprise spécialisée dans la distribution d'imprimés publicitaires est l'objet de nombreuses critiques. Des photos de professions de foi restées dans des cartons, jetées dans des poubelles voire carrément brûlées ont été diffusées par le président de la commission, François-Noël Buffet (LR).

Les chiffres des plis non distribués minorés ? 

La société Adrexo, qui a fait état d'une attaque informatique, a estimé à 9% le nombre de plis électoraux qui n'ont pas été acheminés à leurs destinataires, a indiqué Gérald Darmanin, un chiffre équivalent à celui annoncé par La Poste. 

"Nous regarderons au ministère de l'Intérieur" si ce chiffre a été "minoré", a-t-il précisé.  Gérald Darmanin a convoqué lundi les dirigeants des deux sociétés pour leur demander "de prendre toutes les mesures afin de rétablir un service normal" pour le second tour organisé dimanche.  Le ministre a réaffirmé que le gouvernement tirerait "toutes les conséquences" de ces dysfonctionnements après les élections, en particulier si aucune amélioration n'était constatée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess