Politique

Dominique Gros réélu: Metz garde sa gauche

Par Aymeric Robert, France Bleu Lorraine Nord lundi 31 mars 2014 à 1:13

Dominique Gros, réélu maire de Metz
Dominique Gros, réélu maire de Metz © MAXPPP

A contre-courant du mouvement national, Dominique Gros, le maire socialiste conserve sa ville et gagne sa triangulaire avec 43,22% des voix devant Marie-Jo Zimmermann (UMP-UDI-Modem, 41,14%) et la candidate du FN, Françoise Grolet (15,62%).

Il a eu chaud. Dominique Gros l'emporte, mais seulement avec 770 voix d'avance. Le maire socialiste de Metz bénéficie de la triangulaire provquée par la présence au second tour de la candidate frontiste, Françoise Grolet. Laquelle régresse en pourcentage des suffrages exprimés, puisqu'elle passe de 21,3% à 15,62% au second tour.

"J’ai le sentiment du devoir accompli, réagit Dominique Gros au micro de France Bleu Lorraine. Nous sommes une exception par rapport au reste du pays. Notre travail a été reconnu bien au-delà des électeurs de gauche. Certains électeurs messins ont voté socialiste pour la première fois et j’en suis très fier (...). Le Mettis, c’est comme le meilleur et la pire des choses. Il y a eu des chantiers et des crispations, mais les Messins ont aussi vu que les choses avançaient. Les gens veulent quelqu'un qui fait avancer la ville."

Campagne "agressive"**

Pour Marie-Jo Zimmermann, la soirée fut plus compliquée. Les résultats publiés, elle s'est exprimée tardivement. Elle a surtout annoncé aux médias et à ses militants une conférence de presse, qui aura lieu dans quelques jours, visant dénoncer une campagne "agressive".

Marie-Jo Zimmermann, lors du second tour, à Metz. - Maxppp
Marie-Jo Zimmermann, lors du second tour, à Metz. © Maxppp

Avant une déclaration plus solennelle : "Je voudrais remercier l’ensemble des Messins qui se sont exprimés, ils doivent être très déçus ce soir. Pour eux, je reste décidée à me battre (...). Je n’avais pas de réserve de voix, c’est le risque que j’avais pris (...). Ma décision, c’est de continuer à travailler, je peux vous dire que nous allons décupler d’ardeur (...). Nous observerons avec un œil très critique les décisions qui vont être prises."