Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : certains maires ne veulent pas participer au grand débat national

mercredi 9 janvier 2019 à 16:57 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

L'Union des maires de Dordogne était réunie en assemblée générale ce mercredi matin à Périgueux. André Laignel, ex secrétaire d'Etat socialiste et premier vice-président de l'association des maires de France était invité. Les élus se sont montrés très réservés face au grand débat national.

Le grand débat national devrait être lancé mardi prochain
Le grand débat national devrait être lancé mardi prochain © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

Une centaine de maires périgourdins participaient ce mercredi matin à l'assemblée générale de l'Union des maires de Dordogne à la Filature de l'Isle à Périgueux. Comme à chaque rendez-vous une personnalité était invitée à participer aux débats. Ce mercredi,c'est André Laignel, ancien secrétaire d'Etat de plusieurs gouvernements socialistes, maire d'Issoudun (Indre) et premier vice-président de l'Association des maires de France qui est venu échanger avec ses collègues.

"C'est un débat entre citoyens et l'Etat" André Laignel vice-président de l'Association des maires de France

Bien évidement, dans ce département rural très opposé aux 80km heure et qui compte 140 000 retraités, c'est le mouvement des gilets jaunes qui a été au coeur des discussions des maires. André Laignel interrogé sur le grand débat national a émis des doutes sur l'intérêt de cette consultation : "c'est un débat entre les citoyens et l'Etat, les maires ne sont pas partie prenante, ils ne sont pas co-organisateurs, bien entendu si on nous demande une salle dans notre commune nous la mettrons à disposition, mais en aucun cas, contrairement à ce que laisse croire parfois le gouvernement, nous ne sommes associés à la préparation de ce débat".

" De l'enfumage total" selon François Roussel, maire LR de Neuvic

Et le point de vue du maire socialiste d'Issoudun est partagé par beaucoup d'élus dans la salle.  Le maire LR de Neuvic, François Roussel,  estime "que c'est de l'enfumage total, on essaye de faire faire un débat dans les mairies mais moi je sais répondre aux questions qui me concerne, si il y a un trou dans la chaussée, un problème de poubelle ou de transport scolaire, mais pour le pouvoir d'achat, même si je me sens concerné, je peux servir de facteur, point final".

Le flou de l'organisation du débat

Des maires dans le flou quant à leur rôle et plutôt septique sur l'intérêt de ce grand débat. "Nous avons le sentiment que ce débat est biaisé, explique André Laignel. "Le gouvernement nous dit qu'il n'est pas question de revenir sur ce que nous avons fait depuis 18 mois, le premier ministre nous dit qu'on ne peut pas changer le cap du gouvernement.... si on ne peut pas changer ce qui a été fait voir mal fait...pouvez-vous m'expliquer à quoi va servir ce débat si ce n'est à dispenser un rideau de fumée".

"Les problèmes des gilets jaunes ce sont des problèmes individuels, c'est difficile d'y répondre" (Martial Candel, maire LREM)

Du côté des Marcheurs, on perçoit la difficulté d'un débat aux contours encore flous. Martial Candel, maire du petit village de Saint-Crépin-de-Richemont et animateur local du comité En Marche Nord Dordogne explique qu'il va organiser le débat mais reconnaît que l'exercice est compliqué. "C'est difficile de répondre aux questions parce que ce sont des questions qui regardent l'Etat et pas tellement les communes... en réalité ce sont beaucoup de problèmes individuels, c'est quasi impossible d'y répondre et d'ailleurs le but du jeu n'était absolument pas d'y répondre mais de faire remonter les questions".

Alors que le grand débat national devrait être lancé mardi prochain, certains maires périgourdins ont déjà dit qu'ils ne participeraient pas à son organisation. C'est le cas du maire de Neuvic, François Roussel : "Je ne vais rien faire, rien du tout, si il y a des gens qui veulent faire remonter des doléances, je vais servir de boites à lettres, mais je n'ai pas l'intention du tout d'être organisateur d'un débat sans intérêt". 

Le département de la Dordogne compte 505 communes.