Politique

Dordogne : Colette Langlade, députée et vice-présidente du département "ne fait pas ça pour les indemnités"

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord vendredi 3 avril 2015 à 8:23

Colette Langlade, députée PS du Périgord vert et première vice-présidente du conseil départemental de la Dordogne
Colette Langlade, députée PS du Périgord vert et première vice-présidente du conseil départemental de la Dordogne © Radio France

Colette Langlade, députée PS du Périgord vert et désormais première vice-présidente du Conseil départemental de la Dordogne était l'invité du matin de France Bleu Périgord ce vendredi matin, au lendemain de l'élection du président du département. C'est Germinal Peiro, autre député PS, qui le présidera. Interrogée sur le cumul des indemnités, Colette Langlade n'a pas exclu de les reverser.

"Ce n'est pas moi qui ai demandé d'être vice-présidente" , explique Colette Langlade, c'est Germinal Peiro qui le lui aurait suggéré. La députée PS du Périgord vert a alors immédiatement accepté.

"Je ne suis pas la plus légitime, nous sommes trois femmes sortantes de l'ex majorité. Je n'étais pas du tout légitime par rapport aux deux autres" , a assuré la députée.

Colette Langlade, première vice-présidente du conseil départemental de la Dordogne invitée de France Bleu Périgord

2.160 euros d'indemnité pour une vice-présidence

Germinal Peiro hier a par ailleurs été très transparent sur ce que gagneront les élus : plus de 4.000 euros pour le président, 2.160 pour un ou une vice-présidente. Est-ce trop, quand on est en plus député(e) ?

"Depuis 2008 j'assume mes deux mandats avec passion... Je discuterai [des indemnités] la semaine prochaine. Avec ces indemnités, nous accompagnons déjà très souvent les associations de notre canton" , a souligné Colette Langlade, qui explique "n'avoir pas fait ça pour les indemnités" .

Colette Langlade a toujours soutenu le gouvernement dans la majorité présidentielle. Elle ne craint pourtant pas de représenter la politique rejetée par les Français lors des dernières départementales. "Je suis là pour aller au plus près de ces personnes-là, du monde rural, je vais relayer leur message à Paris" , affirme la députée.

Enfin Colette Langlade a très clairement dit qu'elle ne sera jamais la "première présidente femme du conseil départemental" . "Je n'ai pas un parcours politique défini à l'avance . "Je vais changer de dizaine dans quelques années... et avoir un autre parcours, autre que la politique."