Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Contournement de Beynac

Dordogne : Germinal Peiro demande le retrait des banderoles anti-contournement de Beynac

lundi 18 juin 2018 à 12:59 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Trois banderoles noires ont été posées sur les châteaux de Castelnaud, de Marqueyssac et à Beynac par les opposants au projet de contournement de Beynac. Le président du département demande aux services de l'Etat de les faire retirer.

Les banderoles ont été posées à Beynac, Marqueyssac et Castelnaud.
Les banderoles ont été posées à Beynac, Marqueyssac et Castelnaud. - ASVDordogne

Nouveau round entre Germinal Peiro et les opposants au contournement de Beynac. En fin de semaine dernière, trois grandes banderoles noires de 30 mètres de long ont été posées sur les murs des châteaux de Castelnaud et Marqueyssac, et en contrebas du château de Beynac. On peut y lire en lettres blanches de 2,60 mètres de haut "Non au massacre de la vallée". 

"Nous voulons une prise de conscience de tout le monde au niveau local et jusqu'au niveau international", indique Kleber Rossillon opposant de longue date au projet et propriétaire des châteaux de Castelnaud et Marqueyssac. "Il n'y pas eu d'étude des conséquences de ce projet de déviation dans cette zone classée Unesco. Il y a une vraie menace sur le site, les autorités doivent arrêter le projet." Selon Kleber Rossillon, l'enquête publique et les études réalisées ne sont pas suffisantes. 

"Le mot massacre est inapproprié" - Germinal Peiro

Une chose est certaine, les touristes ne pourront pas rater ces banderoles lorsqu'ils prendront des photos de la vallée cet été. "On prend un risque mais le projet va abîmer beaucoup plus le paysage. Ce qui se passe est plus grave qu'une banderole." Germinal Peiro, le président du département ne l'entend pas de cette oreille. "C'est un combat perdu. Les travaux vont se faire. Utiliser le mot massacre est inapproprié", souligne l'élu. 

Il va saisir dès aujourd'hui les services de l'Etat pour faire retirer ces banderoles. "Je connais beaucoup d'administrés qui sont embêtés pour la couleur de leur volet ou la taille de leurs carreaux. Il serait inadmissible que ces banderoles qui détruisent le paysage puissent rester au-delà de quelques jours."