Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dordogne : "La moindre des choses serait que les agents du département fassent le nombre d'heures légales"

lundi 4 décembre 2017 à 18:27 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Quinze jours après les dernières décisions budgétaires de l'année votées au conseil départemental de la Dordogne, les élus du Rassemblement de la Dordogne, principal groupe d'opposition, ont critiqué la gestion des ressources humaines du département. Ils disent aussi non à la déviation de Bernac.

De gauche à droite : Pascal Protano, Thierry Boidé, Adib Benfeddoul, et Laurent Mossion
De gauche à droite : Pascal Protano, Thierry Boidé, Adib Benfeddoul, et Laurent Mossion © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Quinze jours après les dernières décisions budgétaires de l'année votées au conseil départemental de la Dordogne, les élus du Rassemblement de la Dordogne, principal groupe d'opposition, ont vertement critiqué la gestion des heures de travail des agents du département, déjà épinglée par la chambre régionale des comptes.

Des agents qui seraient plus souvent en arrêt maladie que la moyenne et qui travailleraient également moins d'heures chaque semaine, grâce à un arrangement ancien dit "loi de Robien".

"La moindre des choses serait que les agents, qui sont dits agents de service public, effectuent les heures légales", dit Thierry Boidé, patron du groupe d'opposition Rassemblement de la Dordogne

Autrement dit, qu'ils repassent aux 35 heures effectives. Un récent rapport de la chambre régionale des comptes avait pointé du doigt la gestion des ressources humaines du conseil départemental. Avec des agents dit-elle, plus souvent absents (13.6% contre 7.8% en France), et surtout qui travailleraient 1544 heures par an au lieu de 1607 en moyenne.

Une partie du groupe du Rassemblement de la Dordogne - Radio France
Une partie du groupe du Rassemblement de la Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

D'ailleurs pour Thierry Boidé, il y a des effectifs "beaucoup trop nombreux" au conseil départemental. "Jacques Auzou pratique déjà le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux au Grand Périgueux, pourtant il n'est pas connu pour être le plus à droite des politiques, alors pourquoi ne pourrait-on pas le faire au conseil départemental", dit Thierry Boidé.

Le groupe d'opposition dénonce aussi un endettement beaucoup trop important du département, autour de 99% contre 48% en moyenne ailleurs et une fiscalité trop élevée selon lui, et surtout supérieure à la moyenne des autres départements.

Beynac dans le viseur

Mais surtout le groupe d'opposition demande d'urgence un moratoire sur le projet de déviation de Beynac. Il rejoint donc le mouvement En Marche! Dordogne qui en demande également un, et évidemment les écologistes. Mais l'argument pour le Rassemblement de la Dordogne, c'est surtout un argument financier. 32 millions d'euros, c'est beaucoup, et ce n'est pas une priorité estiment les élus du groupe.

"Ce n'est pas raisonnable du tout, compte tenu du montant des travaux et des finances du département, attendons l'été 2018 pour voir ce que donnent les travaux déjà effectués", dit Thierry Boidé

"Cet argent là il vaut mieux le mettre sur nos routes départementales, qui sont souvent accidentogènes, et puis cela ferait travailler nos entreprises locales", plaide Thierry Boidé.