Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Dordogne : le nombre d'adhérents chez Les Républicains n'a jamais été aussi bas

dimanche 6 janvier 2019 à 19:06 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

C'est une hémorragie. Le parti politique "Les Républicains" a perdu près de la moitié de ses adhérents en Dordogne et atteint un seuil historiquement bas en ce début d'année 2019.

Dominique Bousquet, président départemental du parti  Les Républicains
Dominique Bousquet, président départemental du parti Les Républicains © Radio France - Benjamin Fontaine

Dordogne, France

Mais ou sont donc partis les Républicains ? On peut se poser la question aujourd'hui tant le nombre d'adhérents a baissé. LR comptait 1200 adhérents à jour de leurs cotisation lors de l'organisation des primaires en 2016. Ils ne sont plus aujourd'hui que 680. Près d'un adhérent sur deux ne paie plus ses cotisations, tout comme Alain Juppé à Bordeaux. 

Quatre élus encartés au conseil départemental

En Dordogne, les élus les plus emblématiques de droite avaient annoncé la couleur très tôt. Dès 2017, Jean-Jacques de Peretti, ancien ministre et maire de Sarlat avait claqué la porte suivi de près par le conseiller départemental Thierry Boidé. Début 2018, c'est l'ancien secrétaire départemental Patrice Favard qui s'en allait. Aujourd'hui le conseil départemental ne compte plus que quatre élus encartés aux Républicains : Dominique Bousquet, le président LR en Dordogne, Francine Bourra, Gaëlle Blanc et Laurent Mossion contre huit dans le groupe des démocrates derrière Thierry Boidé. 

La droite traditionnelle est malade, et le docteur Bousquet, vétérinaire, aura sans doute besoin d'un remède de cheval pour la remettre sur pied. Mais il y a peut être quelques signaux encourageants. Antoine Audi, le maire de Périgueux, qui ne payait plus ses cotisations depuis très longtemps, a régularisé sa situation voilà quelques mois. Il est de retour dans la famille.