Politique

Dordogne : le PS se voit garder le département, l'UMP veut y croire

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord lundi 23 mars 2015 à 9:09

Elections départementales Dordogne
Elections départementales Dordogne © Radio France - Benjamin Fontaine

Les responsables politiques de gauche comme de droite étaient sur France Bleu Périgord ce lundi matin, au lendemain des élections départementales en Dordogne qui ont abouti à une victoire du PS qui sera présent au second tour dans 24 des 25 cantons. Le FN lui sera présent dans 10 cantons. La droite et la gauche se déchirent pour savoir où iront les voix de l'UMP lorsque le parti est éliminé.

Départementales en Dordogne : les résultats du 1er tourNotre dossier "Elections départementales en Dordogne"

"La gauche devrait garder le département". Voilà le message d'un Germinal Peiro tout sourire et optimiste ce lundi matin sur France Bleu Périgord. Il va un peu vite en besogne répond Thierry Boidé candidat UMP sur le canton du Pays de Montaigne sur le ton de la méthode coué.

Robert Dubois, patron du FN en Périgord sur France Bleu Périgord

Tout reste ouvert selon lui dans les 21 cantons où sont encore présents les binômes UMP.

Du côté du FN on en revient pas...

"Je ne m'attendais pas à un tel score, cela va au delà des mes espérances" explique Robert Dubois le patron du FN en Dordogne

Le FN sera présent dans 10 cantons au second tour notamment face au PS et au PC dans quatre duels.

Germinal Peiro candidat à la présidence du conseil général de la Dordogne

Ce qui a provoqué ce lundi matin de belles passes d'armes en ce qui concerne les consignes de vote de l'UMP. Le parti semble camper sur ses positions du NI NI : ni Front national ni PS.

Thierry Boidé candidat dans le canton du Pays de Montaigne invité de France Bleu Périgord

Robert Dubois (FN) lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne. - Radio France
Robert Dubois (FN) lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne. © Radio France - Pierre Breteau

"On a pas de leçon de morale à recevoir " explique Thierry boidé. "Ne pas faire le distingo entre FN et PS est une erreur" estime de son côté Germinal Peiro qui lache à son tour Francis Colbac sur Trélissac.

Germinal Peiro (PS), lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne. - Radio France
Germinal Peiro (PS), lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne. © Radio France

Le maire de Trélissac avait toujours dit qu'il se retirerait s'il arrivait deuxième. Le PS le pousse donc à jeter l'éponge. Une décision sera prise du côté des communistes dans la journée de lundi.

Laurent Péréa le patron du Parti communist en Dordogne après les départementales

Laurent Péréa, secrétaire départemental du Parti communiste français - Radio France
Laurent Péréa, secrétaire départemental du Parti communiste français © Radio France - Marie-Sylvie Prudhomme