Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dordogne : les jeunes socialistes disent non à la déchéance de nationalité

mercredi 30 décembre 2015 à 17:20 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

Dans un communiqué publié ce mercredi, les Jeunes Socialistes de Dordogne s'opposent à la déchéance de nationalité pour les binationaux. Ils estiment que "ce projet va à l'encontre des principes de la République".

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp

24000 Périgueux, France

Dans un communiqué publié ce mercredi sur leur page Facebook et intitulé " Le sacrifice de l'égalité", les Jeunes Socialistes de Dordogne dénoncent le projet du président de la République François Hollande sur la déchéance de nationalité pour les binationaux. Lucas Guillemot, animateur fédéral du mouvement en Dordogne, qui signe le communiqué, estime que ce projet " va à l'encontre des principes de la République ainsi qu'à l'encontre de la Convention Européenne des Droits de l'Homme". 

Contraire aux valeurs de la gauche et inefficace

Le représentant des Jeunes Socialistes périgourdins affirme que ce projet s'oppose également "aux principes des valeurs de gauche" et qu'il ne peut être "qu'inefficace". "Comment-peut-on sérieusement imaginer, s'interroge Lucas Guillemot, que l'optique d'être déchu de la nationalité française pourrait dissuader un individu en plein processus de radicalisation ou un kamikaze de passer à l'acte ?"

Pour les Jeunes Socialistes de Dordogne, "ce projet est un réel danger pour le processus d'intégration et la mixité de la France".