Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Politique

Dordogne : les opposants à la déviation de Beynac scandalisés par le décision de l'Etat

lundi 29 janvier 2018 à 19:30 Par Paul Barcelonne, France Bleu Périgord

La préfete de la Dordogne a signé ce lundi après-midi l'arrêté autorisant le début des travaux de la déviation du village de Beynac. Le conseil départemental va donc lancer les travaux. Ce qui provoque la colère des opposants au projet, comme Kléber Rossillon.

La préfète de la Dordogne a signé l'arrêté autorisant le début des travaux de la déviation de Beynac
La préfète de la Dordogne a signé l'arrêté autorisant le début des travaux de la déviation de Beynac © Maxppp - Arco Images G/Newscom/MaxPPP

Beynac-et-Cazenac, France

La décision était très attendue depuis plusieurs mois en Dordogne : la préfète a signé ce lundi après-midi l'arrêté autorisant le début des travaux de la déviation du village de Beynac. Le conseil départemental va donc lancer le début des travaux. Mais les opposants sont toujours vents debout contre le projet ! Kléber Rossillon, le patron du château de Castelnaud dénonce la brutalité de la décision de l'Etat : "Le gouvernement impose à Beynac quelque chose dont elle ne veut pas". Kléber Rossillon s'indigne devant la décision prise par la préfète : "Le gouvernement ne prend pas en compte la protection de la rivière Dordogne, pourtant classée". 

Les opposants n'en resteront pas là !

Autre opposant en première ligne : la SEPANSO, l'association de protection de l'environnement. "On a tout un tas d'outils à notre disposition. L'action est payante" pointe son président Michel André. Il promet clairement de ne pas en rester là : "On n'a jamais dit qu'on arrêterait. On va continuer l'action sous d'autres formes... C'est tout ce que je peux dire !".

Les opposants ont même décidé d'occuper physiquement le terrain depuis quelques mois. Une mini ZAD s'est créée sur place. Mais elle n'a pas empêché la décision de la préfète de la Dordogne. Point final d'une bataille autour d'un projet lancé il y a plus de 30 ans.