Élections DOSSIER : Les élections législatives avec France Bleu Périgord

Dordogne : nouvelles bisbilles au Front National, Robert Dubois est investi aux législatives

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord vendredi 19 mai 2017 à 20:39

Robert Dubois (FN) lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne.
Robert Dubois (FN) lors du débat du premier tour des départementales en Dordogne. © Radio France - Pierre Breteau

Coup de théâtre au Front National en Dordogne. Alors que le responsable départemental, Eric Villemagne avait été investi dans la circonscription de Bergeracois il a appris cet après-midi son exclusion du parti. Robert Dubois, le conseiller régional FN le remplace.

La vie de la fédération Front National de Dordogne est décidément pleine de surprises. Après le départ houleux de Robert Dubois, l'ancien patron du parti dans le département et les exclusions de plusieurs militants, un nouvel épisode s'écrit avec les législatives.

"Je n'en reviens pas !" - Eric Villemagne

Alors qu'il avait été investi par son parti pour les législatives dans la deuxième circonscription, le Bergeracois, Eric Villemagne, le nouveau chef du parti, a appris ce vendredi après-midi qu'il ne pourrait plus porter l'étiquette du Front National pour cette élection. Il a dans le même temps été informé de son exclusion. "Je n'en reviens pas. Je ne comprends pas. Je ne suis même pas passé en commission de discipline," confie le chargé de mission. Pour le remplacer, le conseiller régional Robert Dubois a été investi. "J'avais demandé cette investiture moi aussi. Le parti m'a appelé pour m'indiquer que ma candidature était retenue," se réjouit-il.

Le choix du suppléant a déplu

Ce grand chamboulement a une explication. D'après Robert Dubois, le Front National n'aurait pas accepté qu'Eric Villemagne choisisse Wilfried Peyronnet comme suppléant. L'ancien cadre du parti a claqué la porte de la fédération en 2015 après plusieurs différends avec Robert Dubois. Il avait ensuite monté son parti. "Je pense surtout que mes prises de positions ont déplu à Paris," rétorque Eric Villemagne. "Pendant la campagne j'ai alerté le parti que les militants n'étaient pas suffisamment investis dans la campagne. J'ai demandé aux gens de travailler et il y a eu des plaintes."

Eric Villemagne attend maintenant des explications du Front National dont il ne fait plus partie. Il compte en demander rapidement. Après avoir indiqué dans un communiqué qu'il ne participerait pas aux législatives, il est revenu sur ses propos. Ce samedi 20 mai il assure qu'il n'a pas reçu de courrier officiel du FN et il estime qu'il est encore celui qui représente le parti dans le Bergeracois. Il n'exclu pas de se retirer si les choses n'évoluent pas dans son sens. Quant à Robert Dubois, il se dit prêt à mener ce nouveau combat. "Il y a beaucoup de choses à faire dans cette circonscription. On peut gagner !"