Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : y aura-t-il suffisamment de monde pour tenir les bureaux de vote le 7 mai ?

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Au soir du premier tour de la Présidentielle, déçus par les résultats, militants LR et PS ont annoncé qu'ils n'iraient pas tenir les bureaux de vote pour le second tour le 7 mai. Certaines villes se retrouvent à lancer un appel aux citoyens.

Un bureau de vote.
Un bureau de vote. © Maxppp - Maxppp

Y aura-t-il suffisamment d'assesseurs pour tenir les bureaux de vote lors du second tour de la présidentielle ? Certains maires de France et donc de Dordogne se questionnent en ce moment. Dans de nombreux départements, au soir du premier tour, déçus d'avoir été éliminés, des militants Les Républicains et du Parti Socialiste ont annoncé qu'ils ne participeraient pas à l'organisation du scrutin.

Périgueux lance un appel aux citoyens

Cette décision n'est pas sans poser de problème. Ce sont souvent les militants de ces deux grands partis qui assistent le président et le secrétaire du bureau de vote. "Ça ne remet pas en cause l'ouverture des bureaux de vote mais nous avons besoin de personnel pour faire tourner les effectifs", reconnait Laurent Mossion, premier adjoint à la ville de Périgueux. La commune vient d'ailleurs de lancer un appel aux bonnes volontés. "Je pense surtout aux jeunes pour qui ce genre d'expérience peut être très formateur. Il faut que nous trouvions une soixantaine de personnes."

Le Parti Socialiste confiant

Au Parti Socialiste, Olivier Chabreyrou, le secrétaire fédéral est optimiste. "On a été battu, on est déçu mais nous sommes avant tout républicains et démocrates et le vote c'est l'exercice de la démocratie. Nous ne pouvons pas laisser les bureaux aux seuls représentants d'En Marche et du Front National. Ça ne représenterait pas la vie politique française." Les deux vainqueurs du premier tour, le FN et "En Marche!" sont effectivement visés. Les communes les appellent à sonner la cloche auprès de leurs militants.

"En Marche !" a trouvé des volontaires

Eric Villemagne le responsable du Front National en Dordogne doit trouver 60 à 80 personnes. Il a le sentiment qu'on cherche à décrédibiliser son parti. "C'est une perspective de censure électorale. On sent un front républicain en décomposition qui veut empêcher la tenue des élections. Nous n'avons pas l'habitude de faire de la figuration. C'est un devoir civique." Michel Delpon, du mouvement "En Marche!" a lui aussi mobilisé ses troupes. Il aurait déjà reçu une centaine de réponses. Chez les Républicains, Dominique Bousquet n'a donné aucune consigne. Il se pourrait donc que la pénurie d'assesseurs soit vite comblée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess