Politique

Les migrants toujours contrôlés à la frontière à Menton

Par Lauriane Delanoë, France Bleu Azur lundi 14 septembre 2015 à 15:06

Le camp de Menton s'organise en espace de vie.
Le camp de Menton s'organise en espace de vie. © Radio France - Lauriane Delanoë

L'Allemagne a choisi dimanche de rétablir les contrôles à ses frontières, afin de faire face à l'afflux de migrants. La France fait de même à Menton depuis le mois de juin. Reportage et débats sur place.

A la frontière à Menton, les migrants sont bloqués depuis début juin. Trois mois après cette décision du ministère français de l'Intérieur, l'Allemagne vient à son tour de réintroduire des contrôles

Et ce, alors que les ministres européens de l'Intérieur se réunissent en Conseil Extraordinaire sur cette crise de l'immigration.

Les automobilistes se plient aux signes des gendarmes, ouvrent leur coffre sans broncher. Mais autour du poste-frontière, la question divise. France Bleu Azur a donne la parole aux différents acteurs.

Les fourgonnettes doivent ouvrir leur coffre aux gendarmes pour entrer en France - Radio France
Les fourgonnettes doivent ouvrir leur coffre aux gendarmes pour entrer en France © Radio France - Lauriane Delanoë

"Aujourd'hui, l'Italie ne veut ou ne peut assurer les contrôles aux frontières extérieures de l'Union." (Le préfet des Alpes-Maritimes)

Pour Adolphe Colrat, la situation est "maîtrisée dans les Alpes-Maritimes". Le préfet fait la distinction entre les réfugiés politiques syriens et irakiens accueillis par la France, et ces migrants coincés à Vintimille et qui ne demandent pas l'asile.

Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, invité de Laurent Vareille ce lundi

Notre frontière avec l'Italie n'a jamais été fermée. Conformément au droit, il appartient à la France de vérifier que ne circule pas des étrangers en situation irrégulière.  Nous contenter, dans les Alpes-Maritimes, de dire que chacun passe, qu'il ait ou non des papiers, ne serait pas responsable." (Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes)

Le député-maire de Menton : "Ici, la frontière doit rester contrôlée"

Jean-Claude Guibal veut garder la frontière fermée. - Radio France
Jean-Claude Guibal veut garder la frontière fermée. © Radio France - Lauriane Delanoë

A l'invitation de France Bleu Azur, Jean-Claude Guibal, le député-maire de Menton, est venu ce lundi matin au poste-frontière. En réponse aux associations et partis de gauche, il s'est opposé à l'ouverture d'un camp d'accueil sur la base aérienne désaffectée de Roquebrune-Cap-Martin  :  "Ce serait prodigieux que la région débloque 3 millions d'euros pour dire aux migrants que la frontière est ouverte !" 

Jean-Claude Guibal, au micro de Lauriane Delanoë depuis le poste-frontière

Accueillir des réfugiés à Menton ? "Nous serons comme les autres dans la posture. Sur quelques millions de réfugiés, nous en aurons accueillis deux ! " (Jean-Claude Guibal)

A Vintimille, on demande à la France de rouvrir sa frontière

Vera Nesci et l'Italie demandent de l'aide. - Radio France
Vera Nesci et l'Italie demandent de l'aide. © Radio France - Lauriane Delanoë

Aller chercher des réfugiés syriens et irakiens en Allemagne, alors que les Erythréens et Soudanais sont coincés à Vintimille... Un paradoxe français incompréhensible pour l'adjointe au maire de Vintimille déléguée aux questions sociales !  

L'adjointe au maire de Vintimille en charge du social, Vera Nesci

On a géré cette situation tout seul. Et maintenant, c'est le moment de changer. Le centre à la gare de Vintimille ne pourra pas rester encore longtemps." (Vera Nesci)

Un avis partagé par les bénévoles 

Les associations se relaient auprès des migrants à Menton depuis trois mois. Elles demandent à l'Etat de ne pas les oublier.

Teresa Mafféis, bénévole pour plusieurs associations.

Le camp de migrants en bord de mer, à Menton - Radio France
Le camp de migrants en bord de mer, à Menton © Radio France - Lauriane Delanoë