Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : la stratégie gagnante de l'union des droites ou le triomphe de Robert Ménard à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Robert Ménard est-il en train d'emporter la bataille idéologique? Sa stratégie de l'union des droites, mise en pratique à Béziers en 2014, fait des émules : des alliances se jouent à Sète, Frontignan, ou encore Agde.

Le premier tour des municipales c'est ce dimanche 15 mars
Le premier tour des municipales c'est ce dimanche 15 mars © Maxppp - Jean François Ottonello

C'est l'un des faits politiques marquants de la campagne de ces municipales de mars 2020 dans l'Hérault : à Sète, Lunel, Agde, Frontignan, des membres ou sympathisants Les Républicains font alliance avec le parti de Marine Le Pen. L'union des droites, stratégie défendue de longue date par l'actuel maire de Béziers Robert Ménard, fait aujourd'hui école. La digue avec les extrêmes serait-elle en train de rompre ? 

Fronde à Lunel

L'un des derniers épisodes en date s'est joué à Lunel mi-janvier. Dans cette ville où le maire sortant Claude Arnaud brigue un quatrième mandat avec le double soutien de LR et de LREM, des militants ont fait sécession. Ils sont sept à rejoindre la liste Rassemblement national de Julia Plane. 

"C'est la seule qui ait répondu à nos demandes , explique Clément Serna, le militant LR qui a initié le mouvement. Elle s'est engagée avec nous sur une liste Divers droite et pas RN, s'est engagée aussi à nous donner des adjoints, des conseillers et à inscrire plusieurs de nos thèmes sur le programme

"Je la soutiens sur les municipales, mais je ne prends pas ma carte au RN." Clément Serna se revendique militant LR

Un accord oui, mais un accord local précise-t-il. C'est à dire indépendant vis à vis du national : "Je la soutiens sur les municipales, mais je ne prends pas ma carte au RN. Je suis Républicain et encarté à jour.

Le pacte de Sète

Le cas n'est pas isolé. Il y a un précédent vécu comme un séisme à droite. Fin novembre, le patron de la fédération Les Republicains de l'Hérault, Sébastien Pacull, adjoint au maire de Sète annonce qu'il prend la tête d'une liste dissidente soutenue par le RN. Sur le modèle d'un certain Robert Ménard à Béziers.

Théorie qui gagne du terrain. Pour preuve, la visite de Marine Le Pen à Sète samedi 15 février. Elle reconnaît dans cette liste "une forme de nouveauté pour le mouvement, un symbole de la manière dont on veut fonctionner dans les prochaines années : repérer des personnalités capables de porter des projets et avec lesquelles on peut s'associer". 

"Un symbole de la manière dont on veut fonctionner dans les prochaines années", Marine Le Pen en visite à Sète

Le parti semble y croire. Ce n'est pas un hasard s'il a chargé Thierry Mariani de battre le terrain pour nouer des alliances avec la droite en vue des municipales. Lui-même est un transfuge de LR, rallié à Marine Le Pen depuis les européennes l'an dernier. À l'entendre, "Serna et Pacull sont des précurseurs, une avant garde plutôt que des exceptions". 

"On est dans un exemple type de département où la droite à force de collaborer, se décompose."

"À Lunel, les LR en sont réduits à faire liste commune avec le maire sortant soutenu par LREM. On est dans l'exemple type de département où la droite à force de collaborer se décompose. Le nombre de villes sans liste LR en France est affolant : ce sont des magmas LR et LREM. En politique on existe si on a une ligne politique claire. Tant qu'elle ne sera pas claire je prédis aux Républicains un avenir difficile. Il faut se poser la question : qu'est-ce qui aujourd'hui vous sépare du RN sinon un interdit jeté il y a 30 ans ?

"En politique on existe si on a une ligne politique claire", Thierry Mariani

Les mots sont durs, mais l'exemple de Béziers lui donne raison. Là-bas, le candidat LR Lewis Marchand a jeté l'éponge, en déclarant "Béziers, terre brûlée pour la droite locale"... Robert Ménard a asséché la droite classique. 

Les Républicains minimisent

Sète, Lunel, mais aussi Frontignan, Mèze... Et pourtant chez Les Républicains, on minimise... "On parle de deux trois individus médiatisés, tempère Arnaud Julien, secrétaire départemental de la fédération. À partir du moment où ce ne sont pas de grands élus de grandes villes qui cèdent aux sirènes de l'extrême droite... Je comprends que ce soit le jeu médiatique de faire de la mousse avec pas grand chose, mais ce ne sont pas des digues qui cèdent". 

"Ce ne sont pas de grands élus qui cèdent aux sirènes de l'extrême droite". Arnaud Julien, patron de la fédération LR 34

"Moment historique"

Phénomène médiatique ? Pas seulement. Evénement politique majeur pour Emmanuel Négrier, politologue chercheur au Cepel à Montpellier. Avec ces alliances, on a selon lui franchi "cette ligne que Chirac a toujours considéré comme infranchissable et qui sépare l'honneur de l'infamie". 

"Le moment est historique, parce que le parti Les Républicains dispose d'un certain nombre de communes importantes où ils sont talonnés par le Rassemblement national, et que dans un contexte d'explosion de la légitimité de Les Républicains, les sortants devront regarder vers le RN autrement qu'en rejetant absolument toute forme d'accord. C'est un enjeu parce que autant dans le concret de petits accords invisibles, le Languedoc-Roussillon politique a une longue expérience d'accords entre droite et extrême-droite, autant devant l'électeur, ça ne s'est jamais produit."

"Dans un contexte d'explosion de la légitimité de Les Républicains, les sortants devront regarder vers le RN". Emmanuel Négrier

À réécouter, la chronique de 5 minutes (Marie Ciavatti et Vivian Cuguillères) : 

La stratégie de l'union des droites progresse

"La stratégie de Robert Ménard déstabilise Les Républicains". L'analyse d'Emmanuel Négrier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess