Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Doubs : le franc-parler de deux députés de la majorité sur la politique du gouvernement

lundi 14 janvier 2019 à 20:09 Par Jonathan Landais, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Dans un courrier adressé à leurs collègues de la majorité, les députés LREM du Doubs, Denis Sommer et Frédéric Barbier, font leur propre autocritique et appellent, avec le grand débat national, à la mise en place d'un "nouveau contrat social".

Les députés LREM du Doubs Frédéric Barbier (à gauche) et Denis Sommer (à droite)
Les députés LREM du Doubs Frédéric Barbier (à gauche) et Denis Sommer (à droite) © Maxppp - Christophe Morin

Montbéliard, France

Ils expriment sans détour ce qu'ils ont sur le cœur. A la veille de l'ouverture du grand débat national, les deux députés de la majorité, Frédéric Barbier et Denis Sommer, députés du Doubs (25), viennent d'envoyer un courrier à leurs collègues parlementaires pour "nourrir" cette grande consultation citoyenne. Ils y font aussi leur propre autocritique.

Une lettre de trois pages

Dans ce courrier, les deux députés appellent à la création d'un _"nouveau contrat social"_, notamment pour "cette classe moyenne que l’on ne cesse de fragiliser depuis trente ans". Mais les deux parlementaires commencent par dresser une autocritique assez claire de la politique et de la méthode utilisée jusqu'ici par la majorité.

Nous avons développé un programme sans corps idéologique solide"

"Nous avons développé un programme et nous l'avons promu de manière très ouverte, mais sans corps idéologique solide", écrivent dès la première page les deux parlementaires. Les formules "et de droite et de gauche", ou "le progressisme" ne suffisent pas", peut-on lire dans cette lettre.

La paresse intellectuelle ne nous a pas épargnés"

"La paresse intellectuelle que nous pouvons reprocher aux anciens partis ne nous a pas épargnés (...) notre unité s'est construite dans un rapport filial au Président et à une certaine personnalisation du pouvoir alors que nous avons besoin de travailler largement nos politiques publiques et les arguments", écrivent-ils encore sans détour.

Une liste de cinq propositions

Dans la perspective de construire ce "nouveau contrat social" avec les Français, les deux députés détaillent ensuite une liste de cinq propositions permettant selon eux de "nourrir le débat" : sur "le pouvoir d'achat, pour une conférence sociale", "pour plus de sécurité professionnelle", "pour la justice fiscale", "pour associer les Français à la transition écologique" et enfin "ressourcer la République, approfondir la décentralisation".

Retrouvez ci-dessous la lettre des deux députés dans son intégralité.