Politique

À Drancy, le maire Jean-Christophe Lagarde dénonce une "municipalisation" de la sécurité sociale

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région et France Bleu mardi 23 août 2016 à 11:19

Un centre de sécurité sociale (illustration)
Un centre de sécurité sociale (illustration) © Maxppp - Thierry Gachon

En Seine-Saint-Denis, l'assurance maladie a annoncé l'an passé la fermeture de 15 de ses 33 centres d'ici fin 2016. Et ce qui énerve aujourd'hui le député-maire de Drancy, c'est une demande de "convention" : la sécurité sociale propose de former les agents des centres communaux d'action sociale.

Le député maire (UDI) de Drancy, en Seine-Saint-Denis, est en colère contre l'assurance maladie et la ministre de la santé. Jean-Christophe Lagarde a écrit la semaine dernière à Marisol Touraine pour dénoncer ce qu'il appelle une "municipalisation" de la sécurité sociale. Dans le département, sur 33 centres ouverts début 2015, il n'y en aura plus que 18 ou 20 à la fin de l'année 2016 (leur nombre n'est pas encore fixé), un plan de réorganisation connu, annoncé début 2015.

Une convention pour former des agents communaux

Mais ce qui a provoqué l'énervement de Jean-Christophe Lagarde, c'est une demande de partenariat entre la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Seine-Saint-Denis et sa ville. L'assurance maladie a proposé une "convention", qui vise notamment à "dispenser une formation sur l'accès aux droits des publics précaires aux personnels" des Centre communaux d'action sociale (CCAS). Pour le député-maire, c'est une façon pour l'assurance maladie de déléguer son travail aux CCAS.

"C'est justement aux CCAS qu'on demande de faire le travail, il n'en est pas question, (...) ce n'est pas aux municipalités de faire le travail de la CPAM" s'insurge Jean-Christophe Lagarde, qui a refusé de signer cette convention, au moment où doit fermer, d'ici la fin de l'année, le dernier centre de sécurité sociale de sa ville dans le quartier de La Muette.

Jean-Christophe Lagarde dénonce la fermeture du dernier centre de sécurité sociale dans sa ville. Rémi Brancato

Des recrutements et un meilleur accueil, selon l'assurance maladie

Mais le directeur général adjoint de la CPAM 93, Julien Bordron, estime que cette convention, qui est d'ailleurs proposée à toutes les communes, au niveau national, n'a aucun lien avec le plan de réorganisation des centres dans le département, annoncé d'ailleurs dès l'an passé. Selon lui, elle "propose aux CCAS de simplement les aider à remplir leur mission de facilitation de l'accès au droit pour les populations qui les fréquentent".

Et il ajoute que le plan de réorganisation ne va pas dégrader la qualité de l'accès au service public, mais l'améliorer. A Drancy, par exemple, le centre n'est actuellement ouvert que deux jours et demi par semaine et les nouveaux centres ont des horaires d'ouverture plus amples. Selon lui, l'assurance maladie a même recruté 15 équivalent temps plein dans le département pour renforcer les équipes d'agents d'accueil, ce qui porte les effectifs à 136 dans le département de Seine Saint Denis.

Partager sur :