Politique

Duel UMP/FN à Perpignan : les deux finalistes réagissent au retrait du PS

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 26 mars 2014 à 9:24

Jean-Marc Pujol et Louis Aliot s'affrontent au second tour à Perpignan
Jean-Marc Pujol et Louis Aliot s'affrontent au second tour à Perpignan © MaxPPP

Le candidat socialiste à la mairie de Perpignan, Jacques Cresta a annoncé mardi qu'il se retirait de la course pour le deuxième tour. Ce sera donc un duel UMP/FN entre le maire sortant Jean-Marc Pujol et le candidat frontiste Louis Aliot, qui réagissent sur France Bleu Roussillon

Invités tour à tout ce mercredi matin sur France Bleu Roussillon, Jean-Marc Pujol, le maire sortant UMP à la mairie de Perpignan, et Louis Aliot le candidat du Front national, réagissent au retrait de la liste socialiste conduite par Jacques Cresta.****

Jean-Marc Pujol : "Louis Aliot est le produit d'un passé, un passé que je n'ai pas envie de voir revenir."

Jean-Marc Pujol : "Quand on est un parti de gouvernement et qu'on ne fait pas plus de 12%, on prend ses responsabilités, Jacques Cresta a pris ses responsabilités . Tous ces termes "front, front front", "front républicain", c'est une erreur. Je crois qu'il faut aller avec ses convictions face aux électeurs, donc tout ce qui est "front" me semble insultant pour les perpignanais.

"Quand on regarde le programme de Louis Aliot, on voit qu'il n'a aucune proposition pour Perpignan . Mes valeurs sont celles d'une droite républicaine ouverte au centre à la société civile. Tout le monde connait mes positions : elles ont été prises en toute conscience à tout moment. J'ai toujours été contre le racisme et l'antisémitisme. Sur l'affaire Dieudonné, j'ai pris mes responsabilités et tout le monde m'a rejoint . Les électeurs de gauche connaissent mes position et devront choisir entre un homme républicain et les valeurs du Front national que tout le monde connait.

"L'abstention est la conséquence de la situation de notre pays, avec cinq millions de personnes sans emploi et une inquiétude pour l'avenir. Ce manque de perspective pour notre pays est un élément qui peut faire rester les gens chez eux.

"Louis Aliot est le produit d'un passé, un passé que je n'ai pas envie de voir revenir. Il faut continuer d'aller persuader les Perpignanais , faire du porte à porte, les rencontrer, leur faire des propositions. Le retrait du candidat socialiste, n'est pas une chance, pas du tout. Les Français sont libres, les Perpignanais sont libres,  c'est une chance extraordinaire . Je vais devant les Perpignanais avec mes valeurs jusqu'au bout"

Jean-Marc Pujol, invité de FBR

Louis Aliot :"Pujol est plus souvent à Marrakech qu'à Perpignan, ce qui n'est pas mon cas"

Louis Aliot : "Plus on avance sur le terrain et plus on s'aperçoit que le retrait du candidat socialiste est finalement une chance , parce que les choses sont claires, le choix est clair : soit le système Pujol-Alduy, soit une nouvelle équipe, un nouveau maire, un nouveau projet. Les Perpignanais prennent leur responsabilité et je leur fais confiance, ils ne peuvent pas faire confiance à une équipe qui a échoué.

"Le retrait de Cresta est une manipulation à gauche . Mon grand-père était socialiste, si on lui avait dit d'aller au secours d'un candidat qu'on a conspué au premier tour, je peux vous dire que Cresta est pas sorti grandi.

"Les électeurs de gauche, je connais leur mentalité. En général, ils croient encore à la solidarité, à la fraternité... Moi je n'y crois pas et les socialistes ont échoué, ils ne défendent pas les idéaux pour lesquels ils sont nés, ils sont au service de Bruxelles, et de ce point de vue là, je me demande comment un socialiste pourrait mettre un bulletin Pujol dans l'urne dimanche prochain.

"Le système est vicié, il pourrit de l'intérieur : chômage, précarité, des immeubles qui tombent, un clientélisme abominable, des contrats de travail de sept jours qu'on fait signer pendant les élections...

"Ce sont les abstentionnistes qui ont la clé du scrutin . Ils étaient 48% au dernier scrutin, s'ils ne se déplacent pas c'est parce qu'ils pensent que tout est joué, or aujourd'hui il y a la possibilité de battre la mairie et ils le comprennent. Et les choses ne se passeront pas aussi facilement que ce que croit Jean-Marc Pujol.

"Mes valeurs c'est le respect des promesses : je consulterai par référendum sur tous les projets qui engagent les finances de la ville .Je connais la ville de Perpignan aussi bien que Pujol. Quand on voit le bilan de cette ville, c'est un échec total. Qu'il ne donne pas de leçons. Pujol est plus souvent à Marrakech qu'à Perpignan, ce qui n'est pas mon cas"

Louis Aliot, invité de FBR