Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dun-Le-Palestel: Jean-Baptiste Moreau face aux Jeunes Agriculteurs à "Terre en fête"

-
Par , France Bleu Creuse

Le député LREM de la Creuse Jean-Baptiste Moreau s'est rendu à Dun-Le-Palestel à l'occasion de "Terre en fête", organisé par le syndicat des Jeunes Agriculteurs. Une rencontre dans un contexte de tensions après le vote du député en faveur du CETA, le fameux traité de libre-échange avec le Canada.

Le député Jean-Baptiste Moreau et son suppléant Vincent Turpinat se sont rendus à "Terre en fête" vers midi ce dimanche pour rencontrer les Jeunes Agriculteurs.
Le député Jean-Baptiste Moreau et son suppléant Vincent Turpinat se sont rendus à "Terre en fête" vers midi ce dimanche pour rencontrer les Jeunes Agriculteurs. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Dun-le-Palestel, France

Tout au long du week-end se déroulait " Terre en fête"  à Dun-Le-Palestel dans le nord du département. Deux jours de fête organisés par le syndicat des Jeunes Agriculteurs pour aller à la rencontre du public et faire connaître leur métier. Ce dimanche, ils ont reçu la visite de l'agriculteur et désormais député La République En Marche, Jean Baptiste Moreau. Ce dernier n'a pas attendu la visite officielle prévue l'après-midi même, il s'est rendu sur le site en toute fin de matinée, vers midi. 

Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse, est allé à la rencontre des agriculteurs ce dimanche à "Terre en fête", notamment ceux de la filière bovine. - Radio France
Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse, est allé à la rencontre des agriculteurs ce dimanche à "Terre en fête", notamment ceux de la filière bovine. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Sa venue était attendue, mais s'est déroulée dans un contexte de tensions. En effet, en début de semaine plusieurs affiches "Wanted" avec son nom et son visage ont été placardée dans Guéret, une démarche qui fait suite à son vote en faveur du CETA, le fameux traité de libre-échange avec le Canada. Si le début de la visite c'est assez bien déroulé, après avoir fait un tour près des animaux exposés, Jean Baptiste Moreau a été interpellé par plusieurs agriculteurs qui lui reprochent son vote en faveur du CETA.

Faire de la pédagogie face aux craintes de la viande importée

Il a  été vivement interpellé  par Pascal Lerousseau, le président de la chambre d'agriculture de la Creuse. _ "_On ne peut pas courir un 100 mètres avec deux boulets au pied ! Moi je suis d'accord pour  monter en gamme, amener de l'amélioration, je suis à 200% derrière toi, mais à condition que l'on ne fasse pas rentrer de la merde de l'autre côté en même temps !" . 

Face aux agriculteurs Jean-Baptiste Moreau a de nouveau défendu sa position en faveur du CETA et son opposition au MERCOSUR, l'équivalent sud-américain du traité de libre-échange avec le Canada. - Radio France
Face aux agriculteurs Jean-Baptiste Moreau a de nouveau défendu sa position en faveur du CETA et son opposition au MERCOSUR, l'équivalent sud-américain du traité de libre-échange avec le Canada. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Face à lui Jean-Baptiste Moreau a continué de défendre le CETA, " Ce n'est pas parce que l'on va signer ou ne pas signer un accord que la viande ne va pas être importée" a-t-il lancé avant de détailler " Les accords visent juste à diminuer les droits de douanes sur une certaine quantité en échange de contreparties. La contrepartie que l'on a négociée avec le Canada c'est la reconnaissance de nos label IGP" 

Un point d'accord : défendre la qualité face à la quantité 

Car pour le député la filière doit désormais se structurer pour conquérir de nouveaux marchés en exportant de la qualité et non de la quantité. " Il faut que l'on mise sur cette qualité, nous n'avons pas le choix" estime Jean-Baptiste Moreau" Aujourd'hui il y a des fermes américaines, nord-américaines, russes avec 10 à 15 000 têtes de bétail, nos fermes de 80 têtes ne vont pas résister si on se bat uniquement sur le prix. Ce n'est pas une question de charges ou de prix, c'est une question de qualité" explique ainsi le député tandis que Pascal Lerousseau craint que le CETA ne provoque un scénario similaire à celui qu'a connu la filière ovine avec les moutons de Nouvelle-Zelande.

Face à Jean-Baptiste Moreau, le président de la chambre d'agriculture, Pascal Lerousseau a de nouveau souligné ses craintes vis à vis du CETA et de la traçabilité de la viande en provenance du Canada. - Radio France
Face à Jean-Baptiste Moreau, le président de la chambre d'agriculture, Pascal Lerousseau a de nouveau souligné ses craintes vis à vis du CETA et de la traçabilité de la viande en provenance du Canada. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

" Ils rentraient des moutons de Nouvelle-Zelande et ensuite c'était le prix de ce mouton là qui faisait celui du marché français. Et là on  a peur que ça fasse pareil avec les bovins !" explique le président de la chambre d'agriculture de la Creuse. Il estime lui aussi qu'il faut miser sur la qualité et la traçabilité, qui est l'une des demandes des consommateurs en France." On est d'accord pour monter en gamme mais simplement on ne peut pas accepter une viande venant d'autres pays et n'ayant pas la même traçabilité". 

Jean-Baptiste Moreau a tenté de rassurer les agriculteurs, le député a notamment assuré que la traçabilité serait contrôlée  sur la viande importée depuis le Canada, et que le CETA fournissait les garanties nécessaires, contrairement, selon lui, aux pays d'Amérique du Sud du MERCOSUR. Cet accord doit encore être ratifié au niveau des pays européens, et se veut l'équivalent du CETA mais avec des pays comme le Bresil, l'Argentine, l'Uruguay ou encore le Paraguay. Jean-Baptiste Moreau a réaffirmé son opposition franche au traité du MERCOSUR devant les agriculteurs de la Creuse ce dimanche. 

Choix de la station

France Bleu