Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

REPLAY - Municipales à Meylan : réécoutez le débat entre Philippe Cardin et Joëlle Hours

-
Par , , France Bleu Isère

Les deux candidats qualifiés pour le second tour de l'élection municipale à Meylan (Isère), dans la métropole grenobloise étaient en direct ce mardi matin sur France Bleu Isère. Philippe Cardin, pour l'union de la gauche et Joëlle Hours, soutenue par La République En Marche.

Philippe Cardin et Joëlle Hours sur France Bleu Isère
Philippe Cardin et Joëlle Hours sur France Bleu Isère © Radio France - Benjamin Bourgine

Philippe Cardin est arrivé en tête lors du premier tour, Joëlle Hours est en position moins favorable avec, sur le papier, une vingtaine de points de moins lors du vote en mars. Depuis, la campagne s'est mise en pause avec la crise du Coronavirus, mais à Meylan les affaires reprennent vite. Jean-Claude Peyrin, arrivé troisième, était potentiellement qualifié mais une fusion de liste n'a pas été possible pour le second tour, Joëlle Hours a refusé sa présence en mettant en avant son envie de renouvellement des élus. Ce sera donc un duel ce dimanche 28 juin.

Réécoutez le débat à Meylan

  • Joëlle Hours, professeur agrégée d'économie politique à l'université de Grenoble.
  • Philippe Cardin, professeur de Physique, directeur de recherches au CNRS, fondateur de l'institut des sciences de la terre.

L'intégralité du débat Cardin / Hours

Questions sur la municipalité

La ville a-t-elle besoin de clarté  ?

Philippe Cardin : Nous avons besoin de tourner cette page (quatre maires à Meylan pendant le dernier mandat), c'est la fin d'un cycle. Il est temps de tourner cette page. Cette division a entraînée de l'immobilisme. C'est la commune et ses habitants qui sont lésés. Le communiqué que  nous avons eu hier de Michel Bernard est un nouvel épisode dans le "Dallas" local.

Joëlle Hours : J'espère avec une équipe totalement renouvelée apporter de l'apaisement. J'ai envie de faire de la politique autrement, en ne m'attaquant pas aux personnes. Là, on attaque déjà les personnes. Les meylanais ne sont pas au centre du débat. Il y a besoin de redonner de la confiance et du sens à la politique.

PC : Michel Bernard me soutient, je l'ai appris hier. Mais ce qu'il révèle surtout, c'est que Madame Hours était sur sa liste en 2014, et qu'il l'a affranchi de l'affaire Tardy, (prise illégale d'intérêt pour laquelle la maire avait été condamnée en 2016), il faut l'expliquer aux meylannais.

JH : J'ai été élue en 2014, je me suis engagée pour la première fois, au service des Meylannais. Notamment pour un programme. Et dans ce programme, il y avait la vidéo-protection. Dont vous étiez farouchement opposé. Et entre temps, je suis très contente que dans ce mandat il y a eu 120 caméras installées, car la sécurité et la tranquillité publique c'est fondamental.

Mais ce que dit Michel Bernard, c'est que vous auriez été au courant des affaires Tardy et que vous n'auriez rien dit ?

JH : Je crois devoir rappeler que je n'étais pas au conseil municipal avant 2014. C'est nécessaire de le rappeler. Ces histoires sont bien anciennes, je n'habitais pas à Meylan. 

PC : Les divisions de cette équipe ont même empêché la mise en place de la vidéo-protection. Il y a encore des caméras dans des cartons à Meylan. C'est vrai que je trouvais que ces investissements étaient bien plus élevés que l’embauche de policiers municipaux, où les embauches n'ont jamais été complètes dans tout ce mandat, ça coûte très cher. 

JH : Vous n'allez pas les enlever, ces caméras ? Rassurez-moi ?

PC : Non, bien sûr que non, mais nous allons les utiliser ! Parce qu'aujourd'hui elles ne sont même pas toutes installées ou utilisées.

Les projets à Meylan

JH : Nous aurons un programme pluri-annuel d'investissement. De la rénovation. Nous voulons faire un gymnase du XXIe siècle, nous sommes aussi la seule liste qui a une politique de santé ambitieuse. Avec de la prévention, un parcours santé, la création d'une maison de santé pluri-disciplinaire et une résidence seniors-services intergénérationnelle.

PC : C'est très bien les maisons médicales, bien sûr il faut les accompagner, en général ce sont des professions libérales, à Meylan il n'y a pas trop de problème avec ça. Nous, nous voulons surtout mettre le paquet sur l'Éducation et notamment l'Éducation à l'environnement. Rattraper le temps de l’immobilisme. Il y a une dégradation forte des salles communales, certaines prennent l'eau.

Questions sur la métropole

JH : A la Métropole, nous ne partageons pas l'idée de la décroissance !

PC : Avant même d'être élue vous faites un faux-pas et vous vous mettez à dos la majorité de la Métropole. A la Métropole, nous défendrons le projet politique qui est proche du nôtre, d'obédience socialiste ou verte, peu importe.

JH : Vous attaquez ma probité, alors que vous annoncez que vous voulez rassembler. La gauche n'a pas le monopole de la solidarité.

Joëlle Hours, pourquoi ne voulez-vous pas de tramway à Meylan ?

JH : Quand on a un tram, c'est un aspirateur à logement. Moi je voudrais un bus à haut niveau de service, Meylan doit rester un poumon vert.

PC : La bétonnisation c'est le résultat de l'équipe actuelle. Vous avez vendu des parcelles communales pour faire des logements. La métropole est rentrée dans un syndicat de transport avec la métropole, avec une cohérence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu