Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Edouard Philippe à Clermont-Ferrand : une visite millimétrée

jeudi 11 octobre 2018 à 17:19 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Malgré toute l'agitation politique autour du remaniement, les services du premier ministre ont confirmé la venue d'Edouard Philippe ce vendredi matin. Une visite chargée avec six rendez-vous qui vont s'enchaîner, tout est balisé, minuté et préparé.

Edouard Philippe voyagera avec Jacques Mézard, le ministre cantalien annoncé partant
Edouard Philippe voyagera avec Jacques Mézard, le ministre cantalien annoncé partant © Maxppp - Frédéric Dugit

Clermont-Ferrand, France

Il sera là de 8 heures et demi à 16 heures. Edouard Philippe va suivre le programme normal d'une visite en province, même si ensuite, en rentrant sur Paris, il faudra s'occuper du remaniement. Il lâchera peut être une petite phrase, qui tournera en boucle sur les chaines d'information continue, mais il va bien consacrer une bonne partie de sa journée aux problématiques auvergnates. 

Et la visite d'un premier ministre, c'est pratiquement comme celle d'un président de la République, tout est préparé bien en amont. Il y a déjà une dizaine de jours, des membres de son cabinet sont venus pour préparer chaque séquence, repérer les lieux, voir par où arrivera et partira Edouard Philippe, qui il va rencontrer, combien de temps va durer chaque séquence. Tout est calé entre Matignon avec la préfecture du Puy-de-Dôme. Ce jeudi, ce sont des responsables de la sécurité du premier ministre qui ont inspecté chaque endroit, une visite de reconnaissance en compagnie de démineurs. 

Une foule de détails

Pendant ce temps, les services du conseil départemental et de la préfecture, tout dépend du lieu de la visite, avaient une multitude de détails à régler, invitations, sonorisation, protocole (qui va s'asseoir au premier rang), accréditation des journalistes, etc... 

Le coût d'une telle visite est impossible à chiffrer. On peut certes connaître le coût du transport, même si l'avion appartient à l'escadron de l'armée de l'air chargé des voyages des membres du gouvernement. Il y aura aussi beaucoup de forces de l'ordre ou d'agents de l'Etat et des collectivités mobilisés, mais pas besoin de budgéter cette (grosse) journée de travail. La seule chose vraiment quantifiable, c'est l'achat des denrées qui serviront à confectionner le repas qui sera servi au premier ministre le midi à la préfecture.

Probablement la dernière visite ministérielle de Jacques Mézard

Jacques Mézard, lui, mangera au sommet du Puy de Dôme. Le ministre cantalien de la cohésion des territoires suivra le premier ministre en début de matinée, avant d'avoir son propre programme. Ce sera probablement sa dernière visite ministérielle. Il est annoncé comme partant lors du remaniement et le Canard Enchaîné a dévoilé qu'Emmanuel Macron a reçu Jacques Mézard dimanche dernier pour lui annoncer son départ avec les formes.  

Il faut dire que Jacques Mézard est l'un des premiers macroniens, un des hommes de l'ombre du président de la République dans sa conquête de l'Elysée. Il avait été récompensé en devenant ministre avec le 6eme rang dans la hiérarchie du gouvernement. Jacques Mézard devrait retrouver son siège de sénateur et le palais du Luxembourg. C'est désormais là qu'Emmanuel Macron compte bénéficier de l'influence et des réseaux de l'élu du Cantal.