Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Edouard Philippe n'a pas rassuré les maires ruraux au sujet de la hausse des prix des carburants

vendredi 26 octobre 2018 à 12:05 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

Une poignée d'élus, membres du conseil national de l'association des maires ruraux de France, a rencontré le Premier ministre, ce mercredi. Le maire de Lavoncourt, en Haute-Saône, a profité du rendez-vous pour exprimer ses inquiétudes face à l'augmentation des prix des carburants.

Les maires ruraux ont fait part de leurs craintes, en avril dernier, concernant la future place des communes.
Les maires ruraux ont fait part de leurs craintes, en avril dernier, concernant la future place des communes. © Maxppp - Lejeune

Franche-Comté, France

Invité de la matinale de France Bleu Besançon, ce vendredi, Jean-Paul Carteret, maire de Lavoncourt et vice-président de l'association des maires ruraux de France, est revenu sur sa rencontre avec le Premier ministre, ce mercredi. En compagnie d'une poignée d'élus membres du bureau national de l'association des maires ruraux de France, l'élu haut-saônois a évoqué plusieurs dossiers sensibles dont la hausse des prix à la pompe. 

"Des mesures trop éloignées des réalités économiques et territoriales"

Si l'élu reconnait des "échanges directs, dans un climat franc et cordial" avec le Premier ministre ainsi qu'avec Jacqueline Gourault, la ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire et Sébastien Lecornu, le ministre délégué en charge des Collectivités Territoriales, Jean-Paul Carteret regrette néanmoins l'absence de solution du gouvernement pour aider les habitants en zone rurales à surmonter la hausse des prix des carburants. 

"Son réflexe, c'est de dire qu'il faut faire attention à environnement, regrette le maire de Lavoncourt, également président de l'association des maires ruraux de Haute-Saône. Nous le comprenons, mais nous regrettons l'inadéquation des mesures trop éloignées des réalités économiques et territoriales. _On voudrait bien que des jeunes viennent s'installer dans nos commune_s."

Mais l'élu reste très pragmatique et fait les comptes. "Pour un jeune, passer le permis, c'est 2.000 euros. Pour acheter un véhicule, il faut compter 3.000 euros supplémentaires. Plus tous ses déplacements. Du coup, que font les jeunes ? Ils s'installent là où ils travaillent et ils quittent nos communes." Pour tenter d'inverser cette dynamique, l'association des maires ruraux de France a demandé au gouvernement d'aider financièrement les jeunes qui désireraient s'installer en zones rurales

Les sujets qui fâchent ne manquent pas 

"Le Premier ministre nous a écouté" reconnait le président de l'association des maires ruraux de Haute-Saône. Edouard Philippe a "apporté des garanties" en ce qui concerne la place occupée par les communes dans les années à venir. "_Il a assuré qu'en aucun cas, le niveau communal serait remis en cause,_explique, satisfait Jean-Paul Carteret qui craignait que le rôle des communes soit de moins en moins important au profit des intercommunalités. On attend maintenant qu'il concrétise ses propos." Les élus qui demandent également de ne pas opposer villes et campagnes. "Nous devons avoir des pôles dans toute la France où il y a des services pour que les gens puissent vivre là ou ils habitent sans se déplacer à chaque fois."

Outre le prix du carburant et la place des communes dans l'échiquier territorial, les maires ruraux ont fait par de leurs préoccupations en ce qui concerne l'installation d'internet en demandant au gouvernement de faire pression sur les opérateurs. Les élus ont également questionné Edouard Philippe au sujet de la désertification médicale en milieu rural.