Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Électeurs radiés, bulletins manquants, tampons erronés : des milliers de personnes victimes de bugs lors des Européennes

-
Par , France Bleu

Des bulletins absents des bureaux de vote, des électeurs qui n'ont pas pu voter car radiés sans raison des listes électorales, ou encore des tampons fantaisistes sur les cartes d’électeurs : plusieurs milliers de personnes n'ont pas pu voter normalement ou pas pu voter du tout dimanche.

Dans un bureau de vote à Paris, dimanche.
Dans un bureau de vote à Paris, dimanche. © AFP - DENIS MEYER

Plusieurs milliers d'électeurs n'ont pas pu voter pour les élections européennes dimanche, alors qu'ils souhaitaient participer au scrutin. La principale cause de ces bugs est liée à la mise en place du Répertoire électoral unique, utilisé pour la première fois lors de cette élection.

Des dizaines de milliers d’électeurs sans carte électorale

En Indre-et-Loire, 15.000 électeurs sur les 79.0000 inscrits dans le département n'ont jamais reçu leur carte d'électeur.  Les cartes avaient été retournées à l'expéditeur par la Poste. Ces votants, même sans carte d'électeur, ont pu voter avec leur pièce d'identité, à condition de se souvenir de l'adresse de leur bureau de vote habituel.

Des milliers de radiations sans raison

Plusieurs milliers de personnes ont dit avoir découvert qu'elles avaient été radiées des listes électorales, sans raison apparente.

On a un monsieur qui a été radié à tort car un homme portait le même nom que lui à Toulouse." - Sandrine Martin, à la mairie de Mont-de-Marsan

C'est le cas pour plusieurs dizaines de votants dans les Landes. "Des homonymes ont été radiés à tort", raconte Sandrine Martin, la responsable du service à la mairie de Mont-de-Marsan au micro de France Bleu Gascogne. "On a un monsieur qui est venu pour voter dimanche, mais son nom n'était pas sur les listes. Il était très étonné. Après enquête, on s'est rendu compte qu'il avait été radié à tort car un homme portait le même nom que lui à Toulouse."

"Mon mari n'a pas pu voter dimanche matin. En arrivant au bureau de vote, impossible de trouver son nom sur les listes. Pourtant, on vote au même endroit depuis 8 ans, dans le même bureau de vote. Personne n'a su nous expliquer pourquoi il n'était plus inscrit.", témoigne Stéphanie, qui a voté à Saint-André-de-Seignanx, dans les Landes. 

Je suis très en colère, car c'est un droit qu'on me retire, et surtout je n'ai été prévenue à aucun moment" -  Anne-Christine, à Tournefeuille

A Toulouse, où plus de 1.000 électeurs sont également concernés, la mairie a saisi le ministère de l'Intérieur. Plusieurs autres communes de Haute-Garonne sont concernées. "Je suis allé dans l'isoloir, et au moment d'aller voter, on m'indique que je ne suis pas sur la liste. Je suis très en colère, car c'est un droit qu'on me retire, et surtout je n'ai été prévenue à aucun moment", témoigne Anne-Christine, une habitante de Tournefeuille, au micro de France Bleu Toulouse.

A Tours, plusieurs dizaines de personnes ont également été radiées. Entre trente et quarante votants ont dû avoir recours à un juge du tribunal d'instance pour voter. C'est le cas de Jean, qui raconte sa mésaventure à France Bleu Touraine : "J'ai découvert à 11h50 ma radiation au bureau de vote. Le temps de monter le dossier, de me rendre sur place (j'habite à plusieurs dizaines de kilomètres de Tours) et de revenir à mon bureau de vote, il était fermé !"

Plusieurs cas similaires ont été signalés en Alsace, ou encore à Paris. Aurélie a ainsi découvert qu'elle était radiée en arrivant à son bureau de vote parisien.

Le nouveau système de gestion des listes électorales en cause

En cause, un problème lié au tout nouveau Répertoire électoral unique, géré par l'Insee et testé pour la première fois lors d’élections ce dimanche. Depuis le 1er janvier 2019, l’Insee collecte auprès des communes les données des électeurs et établit ensuite un fichier national. L'Insee adresse ensuite aux communes les nouvelles listes électorales, actualisées en temps réel. Des listes plus fiables donc, qui vont permettre d'éviter les multiples inscriptions. 

Mais pour le rodage du système, la mise en place a donc été marquée par des bugs. En Indre-et-Loire, l'Insee a par exemple attribué des codes postaux erronés, que le tri postal du courrier n'a pas reconnus. C'est la raison pour laquelle les votants n'ont pas reçu leur carte d'électeur.

  - Visactu
© Visactu -

Des bulletins de vote absents de certains bureaux 

Aux élections européennes, l'impression et l'acheminement des bulletins est à la charge des partis politiques. Plusieurs d'entre eux, qui affirment avoir déposé des bulletins de vote partout, ont signalé le manque de bulletins de leur liste dans des bureaux de vote. C'est le cas de Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon, qui a dénonce l’absence de ses bulletins de vote dans au moins deux communes des Pyrénées-Orientales. Des "anomalies importantes" qui lui auraient fait perdre des voix, affirme le parti. Selon Génération.s, des faits similaires ont été recensés dans les Bouches-du-Rhône, le Gard, la Corrèze, la Somme et les Côtes-d'Armor.

Le RN a dénoncé des cas à Rouen, dans le Haut-Rhin et dans le Var, affirmant que des maires avaient "dissimulé" des bulletins.

Des tampons "65 mai" en Dordogne

Plus cocasse et sans conséquence grave, de nombreux électeurs du Périgord ont remarqué des erreurs de tampons sur leurs cartes d'électeurs. Les dates tamponnées ne correspondent pas du tout avec le jour du vote. Cyril, qui a voté à Notre-Dame-de-Sanilhac, a vu sa carte d'électeur tamponnée de la date du 65 mai 2019., raconte France Bleu Périgord. Freddy, lui, s'est vu tamponner un "26 mai 2016", avec, donc, trois ans de retard. D'autres tampons imprimaient la date avec deux ou trois jours de retard. 

   - Radio France
© Radio France -
   - Radio France
© Radio France -
Choix de la station

France Bleu