Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Election au Conseil départemental de la Loire : le Jour-J

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Loire, France

C'est à 10h ce lundi que le nouveau président du département de la Loire sera désigné, en remplacement de Bernard Bonne, élu sénateur fin septembre. France Bleu Saint-Étienne Loire vous l'annonce depuis mardi : Alain Laurendon et Georges Ziegler se présenteront tous les deux au nom de la majorité.

Les deux candidats de la majorité à la présidence de la Loire.
Les deux candidats de la majorité à la présidence de la Loire. © Maxppp -

La bataille des égos au Conseil départemental de la Loire va enfin connaitre son vainqueur. Le nouveau président de la Loire doit être élu à 10h ce lundi matin pour remplacer Bernard Bonne. L’actuel président est obligé de démissionner maintenant qu’il a été élu sénateur. Alors qui pour lui succéder ? On a longtemps pensé que la place était chauffée pour Alain Laurendon, son 3e vice-président et successeur désigné, mais finalement, on vous le disait dès mardi sur France Bleu Saint-Étienne Loire, l'élection n'est pas si jouée d'avance. On peut même parler d'un week-end de crise dans la Loire.

Un résultat très serré

Une ultime réunion de crise est même prévue ce lundi matin dans le bureau de Bernard Bonne. Alain Laurendon et Georges Ziegler - qui étaient déjà convoqués par le patron vendredi après-midi - ont eu le week-end pour réfléchir et doivent donner leur décision définitive : ils se maintiennent ou pas ? Car Bernard Bonne n'a pas l'intention de les laisser lever la main tous les deux à l’ouverture du vote, quand le secrétaire demandera qui est candidat !

Et vu la tension au conseil départemental, Georges Ziegler pourrait bien avoir réussi son coup. Vendredi soir, Alain Laurendon semblait hésiter vraiment à se maintenir. En tout cas, il réunissait encore une fois son équipe pour décider. L'élection s'annonce donc très mouvementée et pourrait être très serrée.

Un président de conseil départemental est élu en un ou deux tours par les conseillers et à la majorité absolue. C'est à dire avec plus de la moitié des suffrages exprimés. S'il le faut, il peut y avoir un troisième tour, à la majorité relative celui-là. Et s'il y a encore égalité, alors c'est le candidat le plus âgé qui est élu. En l'occurrence, Georges Ziegler. Il a 68 ans alors qu'Alain Laurendon n'en a que 64.

Qui sont les deux candidats potentiels de la majorité ?

Le premier a été désigné candidat lors d'un vote interne et informel de la droite et du centre mais le deuxième ne digère pas d'avoir été écarté. Et personne n'a rien pu y faire, les deux élus n'ont pas réussi à s'entendre sur une candidature unique ! Il faut dire qu'ils ont deux profils très différents.

Alain Laurendon, divers droite, est l'ancien maire de Saint-Just-Saint-Rambert. Il a été lancé en politique par son prédécesseur aux affaires pontrambertoises, Jean-Pierre Chossy, parti depuis comme député de la Loire. Ce n'est pas un pur stéphanois mais un ligérien. Il est toujours adjoint à Saint-Just-Saint-Rambert et siège également à Loire Forez Agglomération. Jusqu'ici, au Conseil départemental, il était 3e vice-président, en charge des routes et des transports, principales compétences des départements. Il s'est déclaré très tard dans cette course à la présidence.

Et de l'autre côté du ring donc, Georges Ziegler, le centriste. Ancien journaliste (il a dirigé La Tribune-Le Progrès), mais désormais c'est un vrai politicien avec son réseau et ses ficelles, la preuve encore sur ce coup-là. Aujourd'hui, il est premier vice-président du département, vice-président de Saint-Étienne Métropole, élu aussi à la ville de Saint-Étienne et président du syndicat mixte de l'aéroport. Lui n'a jamais confirmé de sa bouche sa candidature. Il est soit en voiture, soit en réunion, occupé à la braderie du cours Fauriel même ce dimanche, bref, il nargue les journalistes au téléphone et donne rendez-vous ce lundi matin à l’ouverture du vote.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess