Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Election chez Les Républicains "Est-ce que Wauquiez et De Calan en font trop ? Oui, bien sûr"

lundi 6 novembre 2017 à 6:31 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

L'élection du futur président des Républicains sera-t-elle propice à une nouvelle crise dans cette famille politique ? Les élus bretons que nous avons sollicités semblent assez circonspects et, pour certains, un peu anxieux de l'issue à venir de ce scrutin interne.

Laurent Wauquiez au sommet du Mézenc
Laurent Wauquiez au sommet du Mézenc © Radio France - julie Szmul

Bretagne, France

Les adhérents Les Républicains vont voter par internet les 10 et 17 décembre prochains pour élire leur président. Et ce sera peut-être mieux pour certains de garder leurs distances : on sent que l'atmosphère est électrique. Morceaux choisis, en off ou pas auprès des élus bretons des Républicains.

Pour qui je vais voter ? Très bonne question ! Philippe Paul, sénateur LR du Finistère

Il y a ceux qui s'interrogent : fallait-il voter aussi vite ? Philippe Paul, sénateur, et Gaëlle Nicolas, maire de Chateaulin et conseillère régionale ont fait le choix de ne parrainer aucun candidat. Philippe Paul : "Pour qui je vais voter ? C'est une très bonne question. Il n'y a pas de candidat qui me plait totalement. J'hésite encore." Gaëlle Nicolas : "Ce scrutin, c'est trop tôt, on est encore sonnés de 2017, on n'a pas digéré. Je n'arrive pas à me passionner pour cette élection ".

Il y a ceux qui croient dans les chances du seul breton en lice, Maël de Calan. Comme le maire de Quimper, Ludovic Jolivet. "Même si ce sera dur, Maël de Calan est quelqu'un qui comptera dans le futur. Avec cette candidature, il prend date ". Le maire de Gouesnou, Stéphane Roudaut, très proche de De Calan le verrait bien à la tête du parti : "C'est un mec bien, et on a besoin de jeunesse et de personnes comme ça à la tête du parti. Si Laurent Wauquiez est élu, je crains des dissensions..."

Et puis il y a ceux qui ont pris le parti du favori, comme Marc Le Fur ou Alain Cadec. Le chef de fil des élus LR à la région Bretagne s'est prononcé assez récemment, mais son soutien est discret... pas un tweet dans ce sens avant jeudi dernier, on a vu soutien plus... démonstratif.

Alain Cadec demande des garanties sur l'Europe

Le président du Conseil Départemental des Côtes d'Armor et élu européen, Alain Cadec, lui estime comme Marc Le Fur d'ailleurs qu'il "ne partage pas tout avec Laurent Wauquiez, mais il a aujourd'hui une stature pour être président de notre parti. Il aura évidemment besoin de rassembler, dans la diversités des opinions". Alain Cadec affirme notamment avoir eu "une bonne discussion avec Laurent Wauquiez sur l'Europe. J'avais des réserves sur sa vision de l'Union Européenne, mais nous en avons parlé ensemble ".

Dans le fond, une crise du leadership encore évidente après la présidentielle perdue

Des prudences de langage... vite dissipées quand d'autres élus dévoilent le fond de leur pensée en "off". Ainsi pour ce cadre breton chez LR "Est-ce que Wauquiez et De Calan en font trop dans la campagne ? Oui, bien sûr, ils devraient faire plus attention ! On n'a pas besoin de ça aujourd'hui". Pour un autre : "franchement, un parti avec Laurent Wauquiez à sa tête, ça fait pas rêver, ça peut même faire partir des gens ".

Et on ne parle pas là uniquement des membres du gouvernement exclus pour leur travail avec Emmanuel Macron. Des bretons feront-ils défection au grand parti de la Droite en perpétuelle crise dès que le leadership vacille ? On le verra peut-être en décembre...