Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élection de François Mitterrand : "La Bretagne a contribué à l'élan"

Le 10 mai 1981, François Mitterrand était élu président de la République, grâce au vote des Bretons. Cela a ouvert une nouvelle ère dans la politique bretonne également et sonné le coup d'arrêt de la centrale nucléaire de Plogoff.

Manifestation anti-nucléaire a Plogoff en 1980
Manifestation anti-nucléaire a Plogoff en 1980 © Maxppp - Eugene le Droff

40 ans après, les conséquences de la victoire de François Mitterrand à la présidentielle de 1981 sont toujours là. Déjà, parce que la région a eu sa part : "La Bretagne a participé à l'élan. Elle a joué un rôle décisif en étant une terre de mission pour la gauche. Elle a connu un grand basculement politique à partir de l'année 1968 au point de devenir un bastion de la gauche", précise François Prigent, agrégé et docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à l'université de Rennes 2. "Jean-Yves Le Drian incarne tout à fait le rôle de synthèse de ces gauches, notamment des nouvelles gauches venues du christianisme avec la JOC (jeunesse ouvrière et chrétienne)."

Le glas du projet de centrale nucléaire à Plogoff

Conséquence immédiate de cette élection : la fin du projet de centrale nucléaire de Plogoff. Lors de son meeting de Brest, le 9 avril 1981, François Mitterrand disait alors que cette centrale ne se fera pas s'il était élu. Ce projet "incarne les luttes sociales de l'époque. C'est un élément fondateur pour les gauches en Bretagne, notamment de ce qu'on peut appeler la deuxième gauche : attaché au régionalisme, au féminisme, à l'écologie. Il y a eu aussi l'entrée de ministres bretons, comme le premier ministre de la mer, Louis Le Pensec."

François Mitterrand aurait pu naître... et mourir en Bretagne

François Mitterrand et sa part de Breton caché ? "François Mitterrand qui est né en Charente, aurait pu naître en Bretagne, à Quimper, où travaillait son père. Mais il aurait pu aussi mourir en Bretagne, à Belle-Ile en-Mer où il passait beaucoup de temps à la fin de sa vie" conclut François Prigent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess