Politique

Élections aux États-Unis : les Américains de l'Yonne déçus par la campagne

Par Élisa Brinai, France Bleu Auxerre lundi 7 novembre 2016 à 20:33

Carole Brown se connecte tous les jours sur les sites de la chaîne CNN et du journal The New-York Times.
Carole Brown se connecte tous les jours sur les sites de la chaîne CNN et du journal The New-York Times. © Radio France - Elisa Brinai

La campagne présidentielle aux États-Unis n'a pas ravi les Américains expatriés dans l'Yonne. Ils l'ont trouvée violente et populiste. Malgré tout, ils veilleront tard dans la nuit de mardi à mercredi, pour connaitre en direct les résultats de cette élection présidentielle atypique.

Nous y voilà. Les États-Unis vont élire leur nouveau président ou nouvelle présidente le 8 novembre. Même s'ils ont déjà voté, avec la procédure anticipée pour les expatriés, les Américains de l'Yonne suivront cette course à la présidentielle jusqu'au bout. Beaucoup ont prévu de ne pas dormir dans la nuit de mardi à mercredi, pour connaître les résultats en direct. Ce sera pour eux, la fin d'une campagne éprouvante, même à distance.

Une campagne d'une violence inédite

Carole Brown, est franco-américaine. Elle a vécu durant vingt-cinq ans à New York, avant de venir s'installer à Auxerre en 2007. Elle a eu l'impression de vivre la pire campagne américaine de sa vie.

"Je suis horrifiée. Dans toutes mes années de vote, je n'ai jamais vu une campagne aussi méchante et qui vole autant au ras des pâquerettes. On ne parle pas de programme. On fait appel aux sentiments les plus bas et les plus mesquins."

L'expatriée américaine a suivi les débats sur internet en se connectant sur la chaîne CNN. Elle a été choquée par la violence des gestes et les propos des candidats. Une violence qui se répand parmi les électeurs. Carole le remarque sur les réseaux sociaux:

"J'ai supprimé des gens de ma liste d'amis Facebook. Leurs propos étaient devenus tellement irrationnels. Maintenant aux États-Unis, les gens n'ont plus honte d'écrire des mensonges ou des propos racistes. Les gens n'ont plus de censure."

Ecoutez le témoignage de Carole Brown, expatriée américaine qui vit à Auxerre.

Voir son pays s'emballer à distance

De son côté, Amélia, jeune professeure d'anglais à Auxerre, remarque aussi cette montée des tensions dans son pays. Elle est arrivée en France il y a deux mois et elle ne comprend déjà plus ce qu'il se passe chez elle, de l'autre côté de l'Atlantique:

"J'ai vu une vidéo sur internet: dans mon village, les gens écrasent des affiches de Donald Trump avec leur voiture. Cela me fait bizarre de voir ça dans mon petit village du Connecticut. A distance, je ne réalise pas bien toutes les tensions qui existent."

"J'enseigne les élections à mes élèves et j'ai honte de l'image de mon pays": le témoignage d'Amélia, assistante d'anglais à Auxerre.

Des tensions et du stress, qu'Ivan, une expatriée à Toucy est ravie d'observer à distance, derrière son écran d'ordinateur, depuis le salon de sa maison à la campagne:

"Cette élection est vraiment très bizarre. C'est pour cette raison que nous sommes content d'être en France, comme cela on a rien avoir avec tout cela !"

Jusqu'à la dernière minute, rien n'est joué

Malgré leur lassitude, les trois américaines expatriées suivront la course à la présidentielle jusqu'au bout. Elles ont déjà prévu de ne pas dormir jusqu'à l'annonce des résultats, qui arriveront en pleine nuit en France. Pour l'heure, aucune ne se risque à faire un pronostic. Carole Brown redoute un scénario comme en l'an 2000, où le candidat démocrate Al-Gore avait fini premier suite au vote populaire avant d'être évincé par George Bush après le recomptage des voix des grands électeurs:

"J'ai très peur que Donald Trump remporte l'élection. C'est tout à fait possible car ce sont les grands électeurs qui décident au final, pas la population."

Pour Ivan, le résultat importe peu. Les deux candidats lui paraissent aussi étranges que satisfaisants :

"J'ai eu du mal à me décider. En même temps, ce serait bien d'avoir une femme Présidente mais je pense qu'un homme fort, qui a beaucoup d'argent peut aussi changer l'Amérique. Dans les deux cas de figures, ce sont des candidats atypiques."

Selon les derniers sondages, la candidate démocrate Hillary Clinton est en tête, avec cinq points d'avance sur son rival républicain Donald Trump. Ce dernier avait fait une remontée spectaculaire dans les enquêtes d'opinion la semaine dernière.

Ecoutez le reportage d'Elisa Brinai sur la campagne américaine dans l'Yonne

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -