Politique

Élections départementales 1/10 : le RSA dans le canton de Chenôve

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne lundi 9 mars 2015 à 6:00

En 2014, plus de 15 000 Côte-d'oriens ont touché le RSA-socle.
En 2014, plus de 15 000 Côte-d'oriens ont touché le RSA-socle. © Maxppp

Dimanche 22 mars, c'est le premier tour des élections départementales. L'un des enjeux de ce scrutin, c'est le RSA, le revenu de solidarité active, versé par le département. Avec des dotations de l'Etat en baisse et un nombre de bénéficiaires en hausse, le futur Conseil départemental risque d'avoir du mal à boucler son budget. Un sujet particulièrement sensible dans le canton de Chenôve.

Dimanche 22 mars , c'est le premier tour des élections départementales . L'un des enjeux de ce scrutin, c'est le RSA , le revenu de solidarité active. En effet, depuis 2004, c'est le département qui verse cette aide, et il a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

D'un côté, les dotations de l'Etat sont en baisse : 8,2 millions d'euros de moins en 2015. De l'autre, le nombre de bénéficiaires est en hausse : 10 % de plus en deux ans. Sans compter que le gouvernement a décidé d'augmenter le montant du RSA de 10 % sur cinq ans.

Ce dimanche matin, les candidats du canton faisaient campagne sur le marché de Chenôve. - Radio France
Ce dimanche matin, les candidats du canton faisaient campagne sur le marché de Chenôve. © Radio France - Marion Bastit
En 2014, près de 15 000 Côte-d'oriens ont touché le RSA-socle, 514 euros par mois destinés à ceux qui ne travaillent pas. De 3 % de bénéficiaires sur l'ensemble du département, on grimpe à 6 % dans le canton de Chenôve , qui regroupe Chenôve et Marsannay-la-côte. Ce dimanche, les candidats faisaient campagne sur le marché de Chenôve.

Isabelle de Almeida, candidate du Front de gauche. Son binôme, Jean-Claude Vezole, est absent de la photo. - Radio France
Isabelle de Almeida, candidate du Front de gauche. Son binôme, Jean-Claude Vezole, est absent de la photo. © Radio France - Marion Bastit

"L'Etat doit remplir ses missions de solidarité" Isabelle de Almeida

Pour Isabelle de Almeida, candidate du Front de gauche, la baisse des dotations de l'Etat est insoutenable. "Les départements sont obligés de verser le RSA, donc s'il n'y a pas de changements, d'autres dépenses publiques pourraient être rognées, déplore-t-elle. On appelle les gens à voter, à se mobiliser pour exiger que l'Etat remplisse ses missions de solidarité."

Roland Ponsaâ, candidat sans étiquette (ex-PS). Il est en binôme avec Nathalie Gay, absente de la photo. - Radio France
Roland Ponsaâ, candidat sans étiquette (ex-PS). Il est en binôme avec Nathalie Gay, absente de la photo. © Radio France - Marion Bastit

"Les routes seront moins bien entretenues" Roland Ponsaâ

Roland Ponsaâ, candidat Divers gauche, renchérit : "Les routes départementales seront moins bien entretenues, le muséoparc d'Alesia sera moins bien doté... C'est l'Etat qui en prend la responsabilité. Je serai d'accord avec la majorité, quelle qu'elle soit, si elle dénonce cette situation."

Dominique Michel et Jeannine Tisserandot, candidats des forces de gauche et de progrès (PS-PRG-DG-EELV). - Radio France
Dominique Michel et Jeannine Tisserandot, candidats des forces de gauche et de progrès (PS-PRG-DG-EELV). © Radio France - Marion Bastit

"Il faut faire un effort sur le budget de la solidarité" (Dominique Michel)

Pour Dominique Michel, candidat de l'Union de la gauche, "la première des réponses, c'est de faire un effort sur ce budget de solidarité au Conseil général." Quitte à faire des économies dans d'autres domaines, et notamment le muséoparc d'Alésia, "où il y a un fonctionnement extrêmement lourd, avec un déficit annuel extrêmement lourd" .

Jean-Charles Viennet et Laetitia Jacob, candidats de l'union de la droite, du centre et des indépendants (UMP-UDI). - Radio France
Jean-Charles Viennet et Laetitia Jacob, candidats de l'union de la droite, du centre et des indépendants (UMP-UDI). © Radio France - Marion Bastit

"Il faut que la solidarité aille réellement à ceux qui en ont besoin" Laetitia Jacob

A droite, Laetitia Jacob compte sur la lutte contre la fraude au RSA pour faire des économies. "Nous souhaitons que la solidarité de la société aille vraiment à ceux qui en ont réellement besoin, explique-t-elle. On ne peut pas se permettre, dans ces temps de crise, d'avoir des bénéficiaires qui ne sont pas réellement bénéficiaires."

Philippe Cherin et Monique Gerlady, candidats de la liste Rassemblement bleu marine-Front national. - Radio France
Philippe Cherin et Monique Gerlady, candidats de la liste Rassemblement bleu marine-Front national. © Radio France - Marion Bastit

"Cette dépense sociale, on ne sait pas forcément où elle va" Philippe Cherin

Pour Philippe Cherin, candidat du Front national, "on a une dépense sociale, donc c'est l'argent du contribuable, et cette dépense on ne sait pas forcément où elle va. Il faut qu'elle soit mieux encadrée, mieux contrôlée. Il faut qu'elle soit comprise par tout le monde."

 

 

 

 

BANDEAU DOSS departementales 21 - Maxppp
BANDEAU DOSS departementales 21 © Maxppp

Partager sur :