Politique

Élections départementales 4/10 : le haut débit dans le canton de Châtillon-sur-Seine

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne jeudi 12 mars 2015 à 6:00

A Gomméville, il faut beaucoup de patience pour ouvrir une pièce jointe : le débit est inférieur à 1 Mb/seconde.
A Gomméville, il faut beaucoup de patience pour ouvrir une pièce jointe : le débit est inférieur à 1 Mb/seconde. © Radio France - Marion Bastit

Dimanche 22 mars, c'est le premier tour des élections départementales. L'un des enjeux de ce scrutin en Côte-d'Or, c'est l'Internet haut débit. Un problème qui concerne tout particulièrement le canton de Châtillon-sur-Seine. 59 communes du Châtillonnais devraient passer au haut débit à l'horizon 2017.

Dimanche 22 mars , c'est le premier tour des élections départementales . L'un des enjeux de ce scrutin, c'est l'accès à l'Internet haut débit . Le nouveau canton de Châtillon-sur-Seine , qui regroupe 99 communes rurales, est particulièrement touché par ce problème.

En 2013, le Conseil général sortant a adopté un schéma directeur d'aménagement numérique des territoires de la Côte-d'Or. Il prévoyait que toutes les communes du département bénéficient de l'internet très haut débit et de la fibre optique à l'horizon 2025.

Comme Gomméville, de nombreuses communes du Châtillonnais n'ont pas accès à l'Internet haut débit. - Radio France
Comme Gomméville, de nombreuses communes du Châtillonnais n'ont pas accès à l'Internet haut débit. © Radio France - Marion Bastit

Gomméville exclue du haut débit

Les territoires où le débit est inférieur à 2 Mégabits par seconde, définis comme prioritaires, devaient ainsi bénéficier du haut débit avant fin 2015. 59 communes du Châtillonnais sont considérées comme prioritaires. Mais le petit village de Gomméville, au nord de Châtillon-sur-Seine, à la limite avec l'Aube, n'en fait pas partie. Pourtant, l'accès à Internet est loin d'être facile.

"C'est handicapant, surtout qu'on paie le même prix qu'ailleurs !" Rémi, agriculteur à Gomméville

"Il y a des jours où ça ne se connecte pas du tout... raconte Rémi, un agriculteur de la commune. Nous dans nos métiers on travaille aussi sur Internet, pour aller regarder les cours des matières premières par exemple. Ca m'est déjà arrivé de louper des opportunités, pas moyen de se connecter à Internet ce jour-là, donc je n'ai pas pu donner d'ordre de vente à ma coopérative. C'est handicapant, surtout qu'on paie le même prix qu'ailleurs !"

A la limite avec l'Aube, la commune de Gomméville échappe au haut débit. - Radio France
A la limite avec l'Aube, la commune de Gomméville échappe au haut débit. © Radio France - Marion Bastit

Un obstacle aux démarches administratives

"C'est un facteur supplémentaire d'isolement des populations, dénonce Jean-Paul Rommel, le maire, candidat de l'union de la gauche en binôme avec Catherine Cosials. On est maintenant face à une demande des administrations, Caf, Sécurité sociale, etc, où il faut envoyer tous nos imprimés par Internet. On est face à des gens qui s'énervent devant l'ordinateur, et qui ne remplissent pas forcément leurs formulaires."

"Nous mettons dix millions d'euros par an pour le haut débit" Hubert Brigand, candidat sortant pour l'union de la droite

Pour Hubert Brigand, conseiller général de la majorité sortante, candidat de l'union de la droite en binôme avec Valérie Bouchard, "le haut-débit, c'est une compétence d'Etat, et les opérateurs classiques privilégient Dijon et Beaune. C'est pour ça que le Conseil général a souhaité investir pour que les zones oubliées par l'Etat puissent être couvertes. C'est pour ça que nous mettons dix millions d'euros par an."

"Il faut prendre en considération les besoins de toutes les communes" Jean-Paul Rommel, candidat de l'union de la gauche

Mais Gomméville n'en fait pas partie. "Les communes limitrophes avec l'Aube, la Haute-Marne et l'Yonne ne sont pas prévues dans la première phase des travaux, déplore Jean-Paul Rommel. On ne sait pas pourquoi. Il y a un travail de refonte à faire au niveau du Conseil général, pour prendre en considération les besoins de tous les habitants de toutes les communes du canton." Les candidats du Front national, Martine Rossi et Ambroise Savatier, n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

 

 

 

 

BANDEAU DOSS departementales 21 - Maxppp
BANDEAU DOSS departementales 21 © Maxppp

Partager sur :