Politique

Élections départementales 8/10 : la prise en charge des aînés dans le canton de Dijon 5

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne mercredi 18 mars 2015 à 5:30

Aujourd'hui, 16 000 Côte-d'oriens ont plus de 85 ans.
Aujourd'hui, 16 000 Côte-d'oriens ont plus de 85 ans. © Maxppp

Dimanche 22 mars, c'est le premier tour des élections départementales. L'un des enjeux de ce scrutin, c'est la prise en charge des aînés, qui fait partie des compétences du département. Aujourd'hui, plus de 16.000 Côte-d'oriens ont plus de 85 ans, pour à peine 7000 places en maisons de retraite. Pour s'en occuper, les candidats misent sur le maintien à domicile.

Dimanche 22 mars , c’est le premier tour des élections départementales . Avec le vieillissement de la population, la prise en charge des aînés est un gros enjeu pour le département. En 2005, un Côte-d’Orien sur six avait plus de 65 ans. En 2040, ce sera plus d’un sur quatre. Leur prise en charge fait partie des compétences obligatoires du département. C’est notamment lui qui verse l’Apa, l’Aide personnalisée à l’autonomie, destinée aux personnes âgées dépendantes et aux revenus modestes.

Revaloriser l'Apa

En 2012, près de 10.000 personnes âgées en ont bénéficié, pour un montant total de 40 millions d’euros. Si la moitié d’entre elles était en maison de retraite, l’autre moitié restait vivre chez elle, avec une aide à domicile pour le ménage, les courses, la toilette, les repas… Pour Daniel Mangione, candidat de la liste citoyenne soutenue par le Parti de gauche dans le canton de Dijon 5, en binôme avec Marie-Christine Gunther, cette aide ne suffit pas. « On est passé de 68 % à 60 % de prise en charge en l’espace de cinq ans, ce qui fait que c’est à la charge de la personne âgée » , dénonce-t-il.

"il faut revaloriser l'Apa pour qu'elle couvre 75 % des dépenses" Daniel Mangione, candidat de la liste citoyenne

« A Dijon, sur 23.000 personnes de plus de 65 ans, 2000 sont sous le seuil de pauvreté, donc elles ne peuvent pas faire face. Souvent, ça retombe sur les familles. » Pour lui, l’Apa devrait couvrir 75 % des dépenses liées à la perte d’autonomie.

 

Adapter les logements

Avec à peine 7.000 places en maison de retraite, le département ne peut même pas accueillir la moitié des 16 000 personnes de plus de 85 ans. De toute façon, toutes n’en ont pas besoin. Franck Ayache, candidat de l’union de la droite en binôme avec Amélia Novo, mise sur le maintien à domicile de celles dont l’état de santé le permet.

"Investir pour des logements adaptés à leur handicap" Franck Ayache, candidat de l'union de la droite

« Nous avons prévu d’investir pour que les personnes puissent avoir un logement adapté à leur handicap, détaille-t-il, avec un soutien aux démarches administratives pour qu’elles définissent clairement leurs besoins : une rambarde, un logement de plain-pied, une adaptation de la douche, de la cuisine… et qu’on voit dans quelle mesure on peut les aider. »

**

Trois ans pour avoir une douche

En 2011, le Conseil général a ainsi financé 27 aménagements, pour un montant total de près de 110.000 euros. Pour Colette Popard, candidate de l’union de la gauche en binôme avec Christophe Avena, c’est très insuffisant. « Aujourd’hui, quand quelqu’un téléphone au Conseil général pour faire changer sa baignoire en douche, il faut une inspection de trois ans pour que le dossier aboutisse, dénonce-t-elle. Et pour cause : le budget destiné aux aménagements des appartements des personnes âgées a baissé de 71 % ! »

"Aujourd'hui, il faut trois ans pour changer une baignoire en douche !" Colette Popard, candidate de l'union de la gauche

« Nous voulons assumer complètement cette compétence, qui est la compétence première du département, déclare-t-elle. Nous mettrons du personnel et des moyens financiers pour pouvoir transformer ces habitations, et aider un peu plus les personnes âgées. »

**

De l'argent jeté par les fenêtres **

Pour Marien Lovichi, candidat du MoDem en binôme avec Cécile Chevalier, il faudrait arrêter de financer les résidences seniors qui fleurissent un peu partout dans le département. « Dans ces résidences, il n’y a pas plus de services que ce qu’on fait déjà en maintien à domicile, dénonce-t-il. Ça n’a pas de sens d’aider à la création de ce type de structures… à part pour défiscaliser pour les personnes qui ont de l’argent ! On a déjà mis beaucoup trop d’argent public dans ces structures-là. Il faut réorienter ces fonds vers les maisons de retraite et vers le maintien à domicile. »

"On a mis beaucoup trop d'argent public dans les résidences senior" Marien Lovichi, candidat du MoDem

Contactés à plusieurs reprises, Frédérika Desaubliaux et André Guérin, les candidats du Front national, n’ont pas souhaité s’exprimer.

 

 

 

BANDEAU DOSS departementales 21 - Maxppp
BANDEAU DOSS departementales 21 © Maxppp