Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elections départementales : "La dynamique est en notre faveur", Claude Riboulet, président sortant de l'Allier

-
Par , , France Bleu Pays d'Auvergne

Son mouvement de l'Union Républicaine pour le Bourbonnais est en tête dans 13 des 19 cantons de l'Allier. Le président sortant du Conseil départemental est en ballottage favorable pour rempiler, mais il reste prudent et inquiet du désintérêt des électeurs pour ce scrutin.

Allier : le président URB sortant Claude Riboulet main dans la main avec Laurent Wauquiez
Allier : le président URB sortant Claude Riboulet main dans la main avec Laurent Wauquiez © Maxppp - Sylvain Néron

L'Allier n'a pas échappé à la sinistrose ce dimanche dans les urnes avec un taux d'abstention de 63,43% contre 46,20 % en 2015. Un désintérêt qui a empêché Claude Riboulet et Anne Saint-Julien d'être réélus dès le premier tour dans le Canton de Commentry. Le binôme URB arrive largement en tête avec 63,68 % des voix, mais il n'a pas atteint la barre des 25 % des suffrages exprimés.

Reste que la majorité de centre droit sous la bannière de l'Union Républicaine pour le Bourbonnais est en ballottage très favorable pour diriger encore le Conseil départemental de l'Allier. L'URB est en tête dans 13 des 19 cantons au premier tour. Au rayon des certitudes, ceux de Cusset et Gannat sont déjà acquis. Claude Riboulet est donc optimiste, bien que préoccupé par le taux d'abstention.

France Bleu Pays d'Auvergne : à l'image de votre canton de Commentry, vous êtes ballottage favorable ?

Ecoutez, oui, sur les 19 cantons en fait avec les deux gagnants, c'est 13 cantons où nous sommes en tête. Rien n'est encore définitivement acquis, mais c'est la dynamique qui est quand même, pour l'instant, franchement en notre faveur. Il faut remercier les Bourbonnaises et les Bourbonnais qui nous ont consolidé la confiance donnée à la majorité sortante.

La dynamique est en votre faveur, mais c'est une petite dynamique, si l'on peut dire, vu la forte abstention ?

L'abstention était le véritable ennemi de cette élection. Et on espère que parmi ceux qui n'ont pas pu aller voter dimanche dernier, il y en a qui vont pouvoir aller voter dimanche prochain, mais qui viendront rejoindre encore une fois cette confiance accordée à la majorité. J'observe aussi que Laurent Wauquiez a fait un très bon score dans l'Allier, avec 54%. Et demain, ce qui est en jeu, c'est d'avoir deux majorités. La majorité régionale, la majorité départementale qui travailleront encore plus main dans la main, à l'avantage et au bénéfice des habitants du territoire de l'Allier, des Bourbonnaises et des Bourbonnais.

Recevoir les professions de foi, c'est le b.a.-ba de la démocratie - Claude Riboulet

Essayer de convaincre des gens de venir voter pour ce second tour, c'est que disent pratiquement tous les candidats. Mais que peut on faire pour les faire venir quand on n'a pas réussi à les faire venir pour ce premier tour ?

Il y a un contexte particulier à cette élection. Tout ce qui était propagande électorale, des circulaires, les bulletins de vote qui sont plus ou moins arrivés dans une distribution tout à fait chaotique...

Est-ce que c'est ça qui fait vraiment voter les gens, une enveloppe avec des professions de foi ?

En tout cas, c'est le b.a.-ba de la démocratie. Que chaque électeur ait au moins l'information minimaliste qu'est la profession de foi. On a bien vu aussi que, sortant de confinement et de cette période Covid, sans doute que la priorité, c'était de revivre et pas de se concentrer sur l'enjeu des politiques au quotidien portées par les départements, par les régions. Je suis le premier à regretter qu'il n'y ait pas eu plus de participation, mais on a encore une semaine pour convaincre tous ceux qui ne sont pas allés voter que oui dimanche prochain, ça va prendre un quart d'heure et que ça vaut le coup d'aller exprimer son choix pour l'avenir du département de l'Allier, pour l'avenir de la région.

Dernière semaine de campagne, donc, pour accélérer encore peut être les choses. C'est un dernier sprint ?

Oui c'est un dernier sprint. C'est confirmer la bonne dynamique qu'on a eu au premier tour, parce que tant qu'on n'a pas dépouillé le dernier bulletin, rien n'est fait. Donc moi, je vais d'abord mobiliser les troupes qui sont venus voter pour qu'elles retournent voter. Et puis, qu'on en ait d'autres qui rejoignent cette dynamique. Mais je crois que le mouvement est engagé. Et aujourd'hui, on ne peut plus décevoir.  

La gauche et les écologistes rassemblés en mauvaise posture

Dans son duel à distance pour prendre les reines du Conseil départemental de l'Allier, la communiste Marie-Françoise Lacarin va devoir fortement mobiliser au second tour pour tenter d'inverser la tendance. La gauche et les écologistes rassemblés n'arrivent en tête que dans cinq cantons.

A titre personnel, Marie-Françoise Lacarin arrive largement en tête avec son binôme Jean-Marc Dumont dans le canton de Souvigny (55,18 %), mais elle va devoir patienter jusqu'à dimanche prochain, faut d'avoir atteint la barre des 25 % des suffrages exprimés.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess