Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales : coup de théâtre en Vaucluse, la droite pourrait rafler la présidence

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Vaucluse

Le maire de Bollène, Anthony Zilio, élu dimanche avec Christine Lanthelme avec le soutien de l'union de la gauche pourrait faire basculer le département à droite. Il appelle à voter ce jeudi pour Dominique Santoni, Les Républicains, la maire d'Apt, candidate à la présidence du département.

Anthony Zilio et Christine Lanthelme lors de la conférence de presse sur leur positionnement pour l'election à la présidence du département de Vaucluse
Anthony Zilio et Christine Lanthelme lors de la conférence de presse sur leur positionnement pour l'election à la présidence du département de Vaucluse © Radio France - JM Le Ray

C'est un coup de théâtre en Vaucluse pour la présidence du département ! Alors que la gauche avait empoché 7 cantons sur 17 contre seulement 6 pour la droite dimanche soir (avec 4 pour l'extrême droite ) lors du second tour des élections départementales, c'est finalement Les Républicains qui pourraient diriger le Vaucluse pendant les six prochaines années grâce au revirement de veste d'Anthony Zilio et de Christine Lanthelme. Le binôme, élu dans le canton de Bollène avec le soutien de l'union de la gauche, annonce ce mercredi qu'il va finalement donner sa voix à Dominique Santoni pour la présidence demain jeudi. Le nouveau conseiller départemental en haut Vaucluse souligne toutefois qu'il a fait campagne avec sa binôme "sans étiquette". 

Le souhait d'une gouvernance commune qui n'aurait pas abouti 

Le maire de Bollene et président de la communauté de communes Rhône Lez Provence et la maire d'Uchaux ont expliqué, lors d'une conférence de presse à la mi-journée, qu'ils avaient rencontré "les camps de gauche et de droite", et leur avoir proposé l'idée d'une gouvernance commune afin d'avoir "une majorité stable ", un pacte de gouvernance partagée qui n'a pas été retenu par les deux groupes. 

Tous deux n'ont pas manqué non plus d'exprimer leur opposition ferme de principe aux huit nouveaux élus d'extrême-droite, trois binômes du Rassemblement National et un de la Ligue du Sud. Anthony Zilio s'attend en tout cas à être traité "de tous les noms d'oiseaux" mais ajoute : "Je ne parle pas aujourd'hui de voter pour la droite. Je vote aujourd'hui dans une position qui est claire et assumée, pour une personne qui assume sa décision de porter un avenir pour le département de Vaucluse."

"Les voix que nous apportons à Madame Santoni ne sont pas un chèque en blanc pour les six ans à venir. Ni vice-présidence, ni membre forcée de sa majorité, c'est avec notre groupe indépendant que nous ferons entendre notre voix au département." - Anthony Zilio 

Des engagements de la part de la candidate LR à la présidence 

"Ma famille politique d'origine c'est la gauche, je n'en fait pas mystère, et je ne le renie pas. Mais la question qui se pose, c'est comment s'intégrer dans un exécutif départemental, avec une logique moins d'idéologie et plus de réalisation, précise Antony Zilio, et c'est auprès de Madame Santoni que le dialogue a été clair et transparent. Nous en sortons avec des engagements clairs de sa part sur les dossiers prioritaires que nous avions listés pour le canton." 

"Des engagements qu'elle a signés et nous veillerons à leur application : l'installation de médecins dans nos zones rurales, les aménagements routier et la sécurisation, c'est écrit. L'aide aux jeunes agriculteurs, le soutien du Département à la réhabilitation totale du site troglodytique de Barry ou au projet de la maison du Rhône à Mornas, c'est écrit. La création d'un festival culturel également, le soutien du Département pour le maintien d'un Ehpad à Sainte-Cécile-les-Vignes, c'est écrit. C'est pour toutes ces raisons que nous avons décidé d'apporter nos suffrages à Dominique Santoni". Dominique Santoni nous a néanmoins confié qu'elle n'avait rien signé au premier degré, mais qu'elle était "une femme de parole".

"S'il ne se souvient pas de notre accord, qu'il prenne du phosphore !"

Une prise de position qui n'a pas manqué de déstabiliser les élus à gauche qui envisageaient de voir leur chef de file, Jean-François Lovisolo, accéder à la présidence avec une majorité relative de base de quatorze élus. Anthony Zilio a soutenu qu'il n'avait rien signé auparavant, et qu'il ne s'était engagé en rien, et que son binôme restera indépendant pour former un groupe à part "sans être dans la majorité de Dominique Santoni". Une affirmation qui fait bondir le patron du PS en Vaucluse, le sénateur Lucien Stanzione : "s'il ne souvient pas de notre accord, qu'il prenne du phosphore ! Parmi les neuf forces de gauche de l'accord, plusieurs avaient des doutes sur son engagement à gauche, on a fait une réunion à 12 qui a duré 1h30, on lui a posé des questions et il a affirmé qu'il était de gauche ! Si j'étais seul à m'en souvenir, on pourrait dire Stanzione il a pris un coup de chaud mais ce n'est pas le cas ! Il a trahi les Vauclusiens et devra assumer la politique menée par la droite. Il va devoir porter ce fardeau. _C'est une trace indélébile dans un parcours politique !_"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess