Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elections départementales et régionales : démissions à la direction du Rassemblement national des Deux-Sèvres

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou

Les quatre membres du bureau restreint de la fédération du Rassemblement national dans les Deux-Sèvres annoncent leur démission collective ce jeudi 24 juin. Ils mettent en cause les choix du parti pour ces élections départementales et régionales.

Démission collective des membres du bureau restreint de la fédération RN des Deux-Sèvres
Démission collective des membres du bureau restreint de la fédération RN des Deux-Sèvres - Photo RN 79

"A compter de ce jour, il n'y a plus de Rassemblement national dans les Deux-Sèvres". Voilà comment se termine le communiqué dans lequel le bureau restreint du RN 79 annonce sa démission collective ce jeudi en plein entre-deux-tours des élections départementales et régionales. Arnaud Humbert, délégué départemental, Philippe Jeanne, secrétaire aux adhésions, Eric Plafond, secrétaire administratif et Stéphane Sainty, chargé de communication quittent leurs fonctions.

En cause la stratégie du Rassemblement national pour les élections régionales et départementales. "En 2015, nous militions contre la création des grandes régions et la métropolisation et six ans plus tard, au sein même de notre mouvement, c'est l'échelon régional qui prévaut à l'échelon départemental puisque plusieurs têtes de liste girondines ont été placées en tête de liste dans des départements où ils n'ont aucune attache", écrivent-ils dans le communiqué.

Un marasme dans les urnes

Et dénoncent la conséquence dans les urnes avec un RN "dans l'incapacité à mobiliser son électorat". En Nouvelle-Aquitaine, "la liste RN emmenée par Edwige Diaz enregistre un score de 18.2% sur l'ensemble de la région alors qu'il était de 23,23% au premier tour en 2015 soit 200.000 électeurs de moins". Et au niveau du département, "la liste emmenée par l'élu municipal girondin Olivier Guibert enregistre le score le moins élevé de l'ex-Poitou-Charentes avec 16,73%. contre 21,74% en 2015". 

Les membres du bureau regrettent d'avoir été "écartés. Aucun d'eux n'était présent sur la liste du département pour les régionales et par ricochet, aucune campagne électorale n'a été menée sur le département. Ironie pour un mouvement qui ne cesse de dénoncer une classe politique “hors sol”, qui fait aujourd’hui la promotion du “localisme” mais qui demeure lui-même dépourvu d’ancrage local faute de respecter ses propres troupes".

Ils s'adressent également au parti au niveau national. "Au-delà du clanisme girondin appliqué par madame Diaz, nous pensons également que ce marasme dans les urnes est le résultat d'une stratégie perdante amorcée depuis le congrès de Lille en mars 2018. Vilipender les électeurs en leur sommant d'aller voter n'est pas une solution. Les instances nationales devraient engager une introspection et comprendre les causes de ce manque de résultat pour lequel l'abstention fait figure de prétexte".

C'est une crise d'égo d'une petite poignée aux manœuvres politiques grotesques qui nous laisse de marbre

Olivier Guibert mis en cause dans ce communiqué réagit ce jeudi. "C'est une crise d'égo d'une petite poignée aux manœuvres politiques grotesques qui nous laisse de marbre". La tête de liste aux Régionales pour le RN dans les Deux-Sèvres s'interroge sur le timing, à quelques jours du second tour des élections. Olivier Guibert parle de "quatre personnes qui n'ont jamais œuvré pour faire fonctionner la fédération du Rassemblement national". Une commission d'investiture doit désigner un nouveau délégué départemental courant juillet.

"Bon débarras", a commenté de son côté la tête de liste du RN aux Régionales Edwige Diaz, regrettant auprès de l'AFP "une _tentative de déstabilisation_, de peau de banane, d'un micro-bureau, contre un camp qu'ils prétendaient défendre".

Les résultats du premier tour des élections départementales dans les Deux-Sèvres

Choix de la station

À venir dansDanssecondess