Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections départementales : Jean-Michel Baylet peut-il reprendre le Tarn-et-Garonne ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Ce sera sans doute en juin le département le plus scruté de la partie occidentale de l'Occitanie. Le Tarn-et-Garonne est dirigé depuis six ans par Christian Astruc et une coalition de centre-droit. Le PRG, avec l'aide du PS allié, rêvent de remettre Jean-Michel Baylet sur son trône.

Jean-Michel Baylet veut "laver l'affront" que lui a infligé en 2015 Christian Astruc, à droite.
Jean-Michel Baylet veut "laver l'affront" que lui a infligé en 2015 Christian Astruc, à droite. © Maxppp - Chantal Longo

Il avait réussi un exploit en 2015 : écarter le clan Baylet de la présidence du conseil départemental du Tarn-et-Garonne après 45 ans de règne. Christian Astruc, lui-même ancien membre du Parti radical de gauche (PRG) porté par des élus du centre et de droite, est depuis six ans la cible favorite d'une opposition à plusieurs visages qui veut reprendre la main. Et Jean-Michel Baylet, qui n'a jamais digéré, veut "laver l'affront".

Ambiance OK Corral depuis six ans

Posons d'abord le contexte pour bien comprendre le mic-mac tarn-et-garonnais. En 2015, Christian Astruc ancien conseiller départemental dans la majorité Baylet et président de la commission Agriculture, devient président du conseil départemental du Tarn-et-Garonne grâce, résumons-le ainsi, à Brigitte Barèges la maire LR de Montauban (depuis démise de ses fonctions) et au sénateur ex-PRG Yvon Collin, ennemi juré de Jean-Michel Baylet (lui aussi depuis condamné) qui parviennent à faire basculer un canton. Jean-Michel Baylet, après 30 ans au pouvoir, met du du temps à voir la manœuvre, et renonce finalement à candidater à la présidence au tout dernier moment, laissant le soin de perdre à la maire PRG de Campsas, Marie-Claude Nègre. 

Christian Astruc s'est peu à peu inscrit dans un dogme "Ni Baylet, Ni Barèges", car l'agriculteur s'est aussi fâché très vite avec la maire de Montauban et deux conseillers LR, tous trois passés dans l'opposition. C'est ainsi qu'on trouve dans le Tarn-et-Garonne, des élus Les Républicains avec le président du Département, et des élus contre lui. C'est donc avec une majorité tenant à un fil (16 élus sur 30) que Christian Astruc gouverne, d'une main de fer, lui qui n'accepte pas les votes à bulletin secret.

La gauche peut reprendre les rênes, le RN faire son entrée

En juin 2021, l'équation est à refaire avec environ la moitié des élus qui ne se représente pas. Le PRG et le PS font alliance dans bon nombre de cantons. Mais on verra aussi parfois des communistes affronter d'autres forces de gauche. C'est une autre particularité du 82, l'accord régional qui voit les communistes former des binômes avec des socialistes ou des PRG, ne tient pas nécessairement ici.

Le Rassemblement national qui jusque là n'a jamais poussé la porte du Département pourrait bien faire son entrée, fort de ses derniers résultats aux dernières élections sur les cantons entre Toulouse et Montauban. Et grâce au jeune maire de Moissac, Romain Lopez candidat sur son canton, et qui ne devrait pas avoir de mal à l'emporter.

D'autres personnalités se présentent aux élections départementales du Tarn-et-Garonne comme la cheffe de file des députés socialistes à l'Assemblée nationale, Valérie Rabault sur le canton de Caussade. Il se murmure que le sénateur LR François Bonhomme pourrait se mesurer à la parlementaire, qui quoi qu'il arrive ne briguera pas la présidence.

Mais les "Mobilisés", cette coalition d'élus de droite et du centre derrière Christian Astruc, pourrait avoir du fil à retorde dans le canton-même du président sortant. Christian Astruc va devoir battre chez lui autour de Castelsarrasin le PRG Jean-Paul Terenne, maire de Donzac près de Valence d'Agen, battu de très peu lors des sénatoriales de septembre dernier.

Jean-Michel Baylet le retour ?

Mathématiquement, tout est possible dans le Tarn-et-Garonne, surtout le renversement de Christian Astruc estime la gauche. Reste à savoir qui installer à la présidence au "troisième tour" en cas de victoire PRG-PS. Pour le PRG, très puissant sur sa terre de prédilection, il n'y a pas de doute. C'est le Patron qu'il faut remettre à sa place. "Il n'y a personne d'autre qui n'ait la stature, l'expérience et le bilan de Jean-Michel Baylet", explique le Montalbanais José Gonzales. L'ancien ministre peut en effet compter sur la fidélité sans faille des élus et candidats PRG. 

Les socialistes attendent quant à eux d'"évaluer les équilibres" au soir du second tour. Dominique Sardeing, leader des élus PS au Département n'en a jamais fait mystère. Elle n'est pas "copine" avec Jean-Michel Baylet, elle ne rêve pas de le remettre sur son trône. À 74 ans, la patron de La Dépêche du Midi a dirigé pendant 30 ans le Département, à la suite de sa mère qui en a été à la tête pendant 15 ans elle-même. Le maire de Valence d'Agen doit aussi composer depuis quelques mois avec une accusation de viol et d'agression sexuelle au début des années 80.

Mais la conseillère du canton de Montech et ses collègues socialistes ne s'opposeront pas à l'homme fort du Tarn-et-Garonne, lucidité oblige. Le PRG est un allié idéologique historique du PS, les candidats PRG sont plus nombreux. Et du temps de la présidence Baylet, dixit Dominique Sardeing, "on pouvait travailler, il y avait du respect pour les élus, des échanges, de la convivialité même".

Les élections départementales ont lieu en même temps que les régionales, les dimanches 20 et 27 juin prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess