Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections départementales : Michèle Rubirola candidate inattendue, "ce sont mes compétences"

-
Par , , France Bleu Provence

Michèle Rubirola, l’ancienne maire de Marseille, est candidate aux élections départementales. Celle qui a démissionné en décembre du poste de maire de la ville de souhaite désormais être élue dans le centre-ville de Marseille où elle avait été élue lors des dernières élections départementales.

Michèle Rubirola, candidate aux élections départementales
Michèle Rubirola, candidate aux élections départementales © Maxppp - Valérie Vrel

C'est une décision surprenante dont Michèle Rubirola se justifie sur France Bleu Provence. L’ancienne maire de Marseille, désormais première adjointe, est candidate aux élections départementales dans les Bouches-du-Rhône

Après avoir démissionné en décembre du poste de maire de la ville, elle souhaite désormais être élue dans le centre-ville de Marseille où elle avait été élue lors des dernières élections départementales.

Vous aviez renoncé à être maire de Marseille et maintenant vous êtes candidate aux élections départementales. Où est la logique ? 

La logique est simple pour moi : j'ai fait gagner la gauche réunie, on a gagné à Marseille. C'était notre objectif. J'ai été maire, mais être maire de la deuxième ville de France, c'est plus qu'un métier. C'est aussi un investissement de 300%. Pourtant, je me suis vite rendu compte que je n'étais pas en capacité. J'ai été honnête. 

Mais pourquoi vouloir être candidate aux élections départementales alors ?

Parce que le Conseil départemental est dans la droite ligne de mes compétences. D'abord, je suis élue depuis six ans. J'ai la connaissance des dossiers que je n'avais pas en arrivant à la ville de Marseille parce que je n'avais jamais été élue au conseil municipal. Et je connais les compétences du Conseil départemental : la santé, le social, l'aide sociale à l'enfance. Ce sont mes compétences. J'ai travaillé au sein du Conseil départemental il y a longtemps. Je connais la PMI (Protection maternelle infantile), je connais tout ce qui touche le handicap, les maisons d'enfants... Ça fait partie de mon quotidien depuis de nombreuses années, dans la continuité de ce que je fais à la ville de Marseille. J'ai toujours dit que je m'investissais pour la santé des Marseillais et des Marseillais. C'est un peu comme l'assurance maladie de la naissance jusqu'à la mort. Je suis en capacité et j'ai envie de m'investir pour la cité des Marseillaises et des Marseillais.

Il n'y a pas un seul matin, où vous vous êtes levée depuis que vous avez décidé de ne plus être maire, et où vous vous vous dites "je n'ai peut-être pas bien fait" ?

Être maire, c'est quelque chose d'extraordinaire. C'est le rêve de tous ceux qui ont envie d'apporter le bonheur de vivre aux Marseillais. J'avais envie de contribuer au bonheur des Marseillais. De toutes façons, c'est un collectif qui mène cette action avec Benoît Payan qui a l'énergie d'entraîner les équipes qui travaillent. Il travaille sept jours sur sept jusqu'à 23 heures et moi derrière je suis garante du programme pour lequel je me suis engagée, au maximum de mes compétences dans le domaine. 

Donc, c'est sans regret ? 

Non, sans regret. Je ne m'accroche pas au pouvoir, mais à la réussite d'un projet.

" Je ne m'accroche pas au pouvoir" - Michèle Rubirola

Choix de la station

À venir dansDanssecondess