Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections départementales : "Un vrai travail à faire pour mobiliser les citoyens", dit Jean-Luc Gleyze

-
Par , France Bleu Gironde

Les élections régionales et départementales devraient bien se tenir au mois de juin, mais seraient reportées d'une semaine. Sur France Bleu Gironde ce mardi, le président du conseil départemental Jean-Luc Gleyze a parlé d'un "vrai travail à faire pour mobiliser les citoyens".

Jean-Luc Gleyze, le président du département de la Gironde, était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi.
Jean-Luc Gleyze, le président du département de la Gironde, était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi. © Radio France - Thomas Coignac

Jean Castex va proposer un report des élections régionales et départementales à l'Assemblée nationale, ce mardi. Mais ce report ne sera que d'une semaine. Les élections se tiendraient alors les 20 juin (premier tour) et 27 juin (second tour). L'exécutif a consulté les maires de France ce week-end à ce sujet. 56% se sont prononcés pour le maintien des élections en juin. Il est en tout cas temps de savoir pour le président du conseil départemental de la Gironde, candidat à un second mandat. "Il faut que nous sachions très vite pour nous mettre en ordre d'action pour la campagne électorale", a dit Jean-Luc Gleyze (PS), invité de France Bleu Gironde, ce mardi.  

Dans tous les cas, le risque d'abstention est fort. Lors du second tour des élections municipales, le 28 juin dernier, un taux d'abstention record de 58,4% avait été relevé. "Aujourd'hui, la vraie question, c'est celle de la mobilisation autour des élections et de la démocratie représentative. Donc, il y a un vrai travail à faire pour mobiliser les citoyens pour qu'ils aillent voter", prévient Jean-Luc Gleyze, qui s'attend d'ores et déjà à une campagne électorale "très particulière. Les réunions publiques et la capacité de contact que nous avons habituellement sur une campagne électorale seront sans doute très réduites par rapport à ce que nous connaissions habituellement". 

Pas d'accord global PS - EELV

Pour cette élection, où chacun des 33 cantons de Gironde élit un binôme de candidats composé d'un homme et d'une femme, il n'y a pas d'accord global sur la Gironde entre le Parti socialiste de Jean-Luc Gleyze et les écologistes. "Nous avons un accord qui sera probablement partiel, c'est à dire qui portera sur un certain nombre de cantons", explique le président sortant. "Il y aura des cantons dans lesquels il y aura des accords avec les écologistes, d'autres dans lesquels il n'y en aura pas. A certains endroits, ils estiment avoir une légitimité à se présenter. Nous pensons nous aussi avoir la légitimité, notamment au niveau des sortants". 

Un accord partiel qui n'est pas facteur de division, selon Jean-Luc Gleyze, entre deux formations politiques qui font partie de la majorité départementale depuis 2015. "Sur les valeurs de fond et les actions que nous avons portées pendant ces six années, il n'y a pas eu une feuille de papier à cigarette entre les votes écologistes en faveur de la majorité et nous mêmes". Outre Jean-Luc Gleyze, Jacques Breillat, le leader de l’opposition Les Républicains au département, Christelle Dubos, l'ex-secrétaire d'État (LREM) et Grégoire de Fournas, le conseiller départemental Rassemblement national, sont candidats pour diriger la Gironde à partir du mois de juin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess