Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections départementales et régionales : des maires de l'Hérault boycottent la consultation du gouvernement

-
Par , France Bleu Hérault

Ce vendredi 9 avril 2021, dans la soirée, les maires ont reçu un message les invitant à se prononcer sur la tenue ou non des scrutins départementaux et régionaux. Ils doivent y répondre avant lundi. Plusieurs élus de l'Hérault ne comptent pas participer à la consultation.

Les élections départementales et régionales sont pour l'instant prévues les 13 et 20 juin 2021 (Image d'illustration)
Les élections départementales et régionales sont pour l'instant prévues les 13 et 20 juin 2021 (Image d'illustration) © Maxppp - Alexandre MARCHI

Ce vendredi 9 avril 2021, dans la soirée, comme tous les maires de France, ceux de l'Hérault ont reçu un message de la Préfecture. Ce mail ou SMS les invitait à dire s'ils étaient en faveur ou contre le maintien des élections départementales et régionales les 13 et 20 juin prochains. Les maires ont jusqu'à ce lundi, 11h, pour faire connaître leur position. Cette demande a suscité des réactions, ce samedi 10 avril, tant sur les délais imposés que sur la question posée.

"Personnellement, je ne me sens pas capable de répondre à ce questionnaire, explique Jean-Luc Savy, maire de Juvignac. Même au plan national, les scientifiques ne sont pas toujours d'accord sur les règles sanitaires à appliquer. Qui suis-je, moi, pour y répondre? Je ne suis pas médecin." L'élu ne compte pas répondre au questionnaire.

"Ça ne me semble pas sérieux d'y répondre, sauf si on est médecin, épidémiologiste et maire à la fois, ce qui n'est pas mon cas" - Jean-Luc Savy, maire de Juvignac.

Pour Laurent Jaoul, le délai imposé est un peu "cavalier." "Oui, c'est bien de demander l'avis des maires, mais avec un délai de 48h, on nous met un peu le couteau sous la gorge, juge le maire de Saint-Brès, d'autant plus que l'association des maires, qui nous représente, a déjà rendu son avis." Lui qui était défavorable à la tenue des élections municipales, en mars dernier, ne compte pas non plus participer à cette consultation.

"C'est un simulacre de démocratie" - Laurent Jaoul, maire de Saint-Brès.

Ils ne sont pas les seuls. Plusieurs maires ont fait savoir qu'ils ne répondraient pas, selon l'association des maires de l'Hérault. "Cette consultation précipitée de nous paraît pas être une méthode appropriée pour répondre à une question d'une telle importance", juge, à l'échelon national, l'association des maires de France, dans un document relayé sur son compte Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans le message envoyé, les préfets ont normalement également joint un rapport du Conseil scientifique, expliquant les préconisations sanitaires pour l'instant retenues. Pendant la campagne électorale : usage massif des moyens dématérialisés, rassemblements interdits et vaccination ou tests de dépistage réguliers pour les candidats. Pendant le vote : vaccination des personnes qui tiennent les bureaux de vote ou tests de dépistage avant et après et respect strict des gestes barrières. 

"C'est surréaliste, estime Frédéric Roig, président de l'association des maires de l'Hérault. Faire un test deux jours avant, puis cinq jours puis huit jours après - en cas de symptômes -, on comprend bien que selon le nombre de bureaux de vote d'une commune, c'est irréaliste.

Cette concertation, elle aurait dû avoir lieu il y a plusieurs semaines. Les élections départementales et régionales, ce n'est pas quelque chose de nouveau. Là, on nous met au pied du mur. D'autant plus qu'avec l'épisode de gel, les maires ont d'autres préoccupations en ce moment - Frédéric Roig, président de l'association des maires de l'Hérault

Hussein Bourgi, sénateur PS de l'Hérault, appelle lui à boycotter cette consultation. "Le gouvernement sait quelle est la position des collectivités, explique-t-il. Les représentants des communes, des départements et des régions ont déjà donné leur avis. Et si le gouvernement voulait vraiment connaître l'avis des maires, il ne leur aurait pas donné 48h." Il considère également que ce n'est pas le rôle des maires. "Seul le gouvernement a les informations pour prendre cette décision. Qu'il prenne ses responsabilités et ne fasse pas porter le chapeau de sa décision aux maires."

"C'est du foutage de gueule" - Hussein Bourgi, sénateur PS de l'Hérault

Selon Hussein Bourgi, les maires ont bien d'autres problèmes à gérer en ce moment. A la réception de ce message, nombreux sont ceux qui l'ont appelé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess