Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections en Dordogne : Colette Langlade dira si elle est candidate après l'avis du Conseil scientifique

-
Par , France Bleu Périgord

À deux mois et demi des élections départementales et régionales, la reprise de l'épidémie rend leur tenue incertaine. Le conseil scientifique doit rendre un avis d'ici au 1er avril. La vice-présidente du Conseil départemental de Dordogne Colette Langlade dira ensuite si elle est candidate.

Colette Langlade est actuellement élue du canton de Thiviers
Colette Langlade est actuellement élue du canton de Thiviers © Radio France

Il y a un an, l'épidémie bouleversait les élections municipales, avec un véritable psychodrame autour de la question de leur report : le premier tour, maintenu deux jours avant le premier confinement, avait vu la participation s'effondrer. Le second tour avait été reporté trois mois plus tard. L'histoire semble se répéter : cette fois, ce sont les élections départementales et régionales qui sont en suspens ! Alors qu'un tiers des Français sont confinés pour la troisième fois, le Conseil scientifique doit rendre un avis d'ici au 1er avril sur leur tenue. Mais des présidents de région se disent déjà contre un éventuel report du rendez-vous, dont celui de Nouvelle-Aquitaine, le socialiste Alain Rousset. Invitée de France Bleu Périgord, la vice-présidente du Conseil départemental de Dordogne, Colette Langlade, élue du canton de Thiviers, estime pour sa part qu'il faut avant tout améliorer la campagne de vaccination. 

"Sur le canton de Thiviers par exemple", dont elle est l'élue, "je demande à Monsieur le préfet et à l'Agence régionale de santé d'installer un centre. On oblige actuellement les personnes de plus de 75 ans à aller se faire vacciner soit à Nontron, soit à Périgueux, soit à Excideuil. Il faut maintenir ces élections, parce que plus on aura de personnes vaccinées, plus on maîtrisera ces barrières sanitaires. Et afin que ces élections se déroulent le mieux possible, on peut développer aussi le nombre de bureaux de vote avec des espaces plus importants."

Pour l'heure, elle juge prématuré de se lancer dans la campagne. "Avec mon binôme Michel Karp, nous attendons, début avril, la conférence de presse du Conseil scientifique." 

Ensuite, on dira si on est candidat ou pas, si on poursuit dans cette lancée politique.

Pour accélérer la campagne de vaccination, l'Agence européenne des médicaments étudie actuellement le dossier du vaccin russe Sputnik V. Sur ce vaccin en particulier, comme sur celui de Janssen qui a déjà été autorisé par l'Europe, ou celui d'AstraZeneca, déjà inoculé dans les centres, Colette Langlade estime qu'il faut rassurer la population. "Vous savez que les Françaises et les Français étaient au départ étaient majoritairement sceptiques pour se faire vacciner", rappelle-t-elle. "Maintenant, on se laisse gagner par cette envie de se faire vacciner. Il faut rassurer sur les conséquences de la vaccination. On sait bien que que quand on se fait vacciner, par exemple pour la grippe, on a tous des réactions. Il faut être très pédagogue avant de parler de ces passeports sanitaires et de ce nouveau vaccin russe."

Colette Langlade, invitée de France Bleu Périgord

Choix de la station

À venir dansDanssecondess