Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Élections européennes : comment sont déterminés les temps de parole des candidats ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La campagne officielle pour les élections européennes, qui se déroulent le 26 mai, commence ce lundi. Les affiches, spots télé et radios ou débats politiques vont se multiplier dans les prochains jours. Mais tous les candidats n'ont pas droit au même temps de parole dans les médias. Voici pourquoi.

Lors d'un meeting pour les élections européennes, à Strasbourg.
Lors d'un meeting pour les élections européennes, à Strasbourg. © AFP - FREDERICK FLORIN

Affiches, spots télé, annonces radio, débats politiques.... Les temps consacrés aux différentes listes qui se présentent aux élections européennes du 26 mai vont se multiplier, avec le début ce lundi de la campagne officielle. Mais toutes les listes n'ont pas accès au même temps de parole dans les médias. Les temps dont elles disposent pour s'exprimer sont soigneusement minutés par le CSA, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui les fixe selon un calcul très précis, mêlant des critères d'équité et de représentativité.

Plusieurs critères pris en compte

Pour ce scrutin, le CSA a donc mis en application pour la première fois les dispositions de la loi du 25 juin 2018, qui a modifié les règles de la campagne audiovisuelle officielle. Pour fixer le temps de parole alloué à chaque liste, le CSA panache trois critères.

Il a d'abord attribué une durée forfaitaire de trois minutes à chacune des 34 listes en lice.

Ensuite, deux heures d'émissions ont été réparties entre toutes les listes en fonction du nombre de députés, de sénateurs, et d'eurodéputés qui ont déclaré les soutenir.

Troisièmement, le CSA partage 1h30 d'émission en tenant compte des résultats obtenus par le parti aux dernières élections, présidentielles, législatives, et européennes. Il prend également en considération les résultats des sondages publiés entre le 24 avril et le 7 mai. 

De trois minutes à plus de 55 minutes

En tête des temps de parole, avec 55 minutes et 53 secondes, on trouve la liste LREM/MoDem. Elle est suivie par la liste du RN, avec 48'11, celle de LR avec 38'20, la liste PS/PP/ND avec 19'43, la liste de La France insoumise avec 18'37, celle d'EELV avec 14'14. La vingtaine de listes restantes, dont deux liées au mouvement des gilets jaunes, obtiennent la durée minimale de 3'33.

Des règles contestées 

Ces critères sont régulièrement contestés par certains candidats, qui estiment leur temps de parole insuffisant par rapport à d'autres listes. Crédité de seulement 4'23, Benoît Hamon a par exemple ironisé sur l'écart entre la liste Générations qu'il conduit et celle de LREM qui dispose "de près de quinze fois plus de temps de parole".

Des spots télés dès ce mardi 

Dès ce mardi, deux types de spots seront diffusés à la télévision : des petits formats (autour de 1 minute 30), principalement après les journaux télévisés et dans la soirée, et d'autres de trois minutes environ, plutôt dans la matinée et l'après-midi.

La campagne prendra fin le samedi 25 mai à minuit en métropole et dans une partie de l'outre-mer, et le vendredi dans les territoires d'outre-mer où le scrutin a lieu dès le samedi. Au total, 46,9 millions de personnes étaient inscrites, selon l'Insee, sur les listes électorales françaises mi-avril, dont 1,3 million résident hors de France.

  - Visactu
© Visactu -