Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les élections européennes 2019

Élections européennes : en Mayenne, le Rassemblement National en tête dans la moitié des communes

-
Par , France Bleu Mayenne

Comme en 2014, le Rassemblement National de Marine Le Pen arrive deuxième aux élections européennes en Mayenne avec 19,62% des voix. La liste de Jordan Bardella termine en tête dans 121 communes sur 242 du département. Europe-Écologie-les-Verts challenge l'extrême droite à plusieurs endroits.

À Bourgon le Rassemblement National termine en tête des élections européennes 2019
À Bourgon le Rassemblement National termine en tête des élections européennes 2019 © Radio France - Martin Cotta

Si le parti La République En Marche sort vainqueur des élections européennes en Mayenne (25,83%, soit 27.073 des voix), le Rassemblement National se stabilise au second rang comme il y a cinq ans, et enregistre même un nombre plus important (20.560 contre 16.997 en 2014). Dans exactement la moitié des communes, 121 sur 242, la liste de Jordan Bardella est arrivée en tête dans un département pourtant ancré au centre-droit. 

Un match un peu inédit s'est même joué dans sept communes de la Mayenne entre le parti de l'extrême droite et Europe-Écologie les Verts. Et à chaque fois dans des très petites communes rurales où le nombre d'habitants ne dépassent pas 750 (Saint-Jean-Sur-Erve, Bouessay, La Bigottière, Loupfougères, Olivet, Saint-Loup-du-Gast et Bourgon). Dans cette dernière commune, 52% des inscrits ont voté et c'est le Rassemblement National qui arrive en tête pour la première fois dans l'histoire du village. Une seule raison à cela pour Fernand, natif de Bourgon : le désarroi social. "À l'époque ici tout le monde travaillait. Il n'y avait pas de gens qui vivaient sans travailler. Aujourd'hui il y a plusieurs couples qui vivent ici sans travailler. Moi j'étais boulanger, j'en ai fait des heures" souffle le retraité. 

Bourgon est un de ces villages où les services ne sont plus aussi nombreux qu'il y a quelques décennies. "Quand j'ai entendu Benoît Hamon nous parler du revenu universel je me suis dit qu'on voulait encore payer des gens à ne rien faire. Si vous faites le compte de tout ce que les gens peuvent récupérer en aides, on peut ne pas travailler en France. Alors le couillon qui se lève le matin il est insulté tous les jours" martèle Fernand qui a déjà voté pour le parti de Marine Le Pen dans le passé. 

La percée verte 

À Bourgon la peur des extrêmes existe de moins en moins. Samuel, un trentenaire du village a voté François Asselineau, autre candidat de l'extrême droite, partisan du Frexit et les résultats inédits de sa commune ne le surprennent pas. "Les gens en ont marre. De la crise migratoire par exemple. Et puis ici on est chauvin. On vote Rassemblement National mais on ne le revendique pas" explique le garçon. 

L'autre beau score à Bourgon c'est celui d'Europe-Écologie-les-Verts : 20,77%. Ce village compte quelques agriculteurs en production laitière et spécialisés dans la volaille avec un profil jeune (au nombre de quinze), mais le maire Gérard Heulot voit peut-être d'autres raisons à ce vote "vert". "Je n'en veux pas aux médias, mais on en a beaucoup fait avec l'écologie. Ce n’est pas non plus une mauvaise chose, les temps changent" analyse l'élu. La liste EELV de Yannick Jadot est même arrivée en tête dans quatre communes de la Mayenne (Montflours, Olivet, Saint-Pierre-sur-Erve et Vieuvy). Elle arrive à la troisième place de notre département rural avec 13,10% des voix. 

Une crise sociale en campagne

À Bouessay, au sud-est de la Mayenne, à sept kilomètres de Sablé-sur-Sarthe, la victoire du Rassemblement National ne surprend pas beaucoup non plus le maire Pierre Paterne. "Il a très bien joué le coup car le RN exploite très bien la crise sociale que nous avons vécu avec les Gilets Jaunes. Avant il exploitait certainement plus la question de l'immigration qui freinait certains électeurs. Je pense qu'Emmanuel Macron n'a pas apporté assez de réponses au mouvement des Gilets Jaunes. Ici à Bouessay on ressent la crise sociale. Notre bassin économique est celui de Sablé, et d'après l'INSEE les salaires ne sont pas mirobolants" déclare l'élu. 

L'expression des mécontentements est donc un facteur explicatif de la montée une nouvelle fois du Rassemblement National, à maintenant dix mois des élections municipales. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess